Accueil > Alvin Ailey American Dance Theater

Critiques / Danse / Festival

Alvin Ailey American Dance Theater

par Yves Bourgade

Unique et Flamboyant

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On ne se lasse pas de voir l’Alvin Ailey American Dance Theater qui, depuis 2006, se produit pour la quatrième fois à Paris, au Théâtre du Châtelet, jusqu’au 1er août 2015 à l’invitation de la onzième édition des Etés de la danse. Cette compagnie crée en 1958, composée en majorité de danseurs afro-américains, est unique parmi les troupes de répertoire américaines. Elle est toujours flamboyante et galvanise les publics, alors que son fondateur, le danseur et chorégraphe américain Alvin Ailey (né au Texas en 1931) est mort en 1989.

De 1989 à 2011, la danseuse Judith Jamison, qui fut soliste de la compagnie à partir de 1965, a entretenu la flamme qu’elle a passé à Robert Battle, artiste américain notamment passé chez Paul Taylor et qui depuis 1999 a collaboré comme artiste associé à la compagnie d’Alvin Ailey. Comme en témoigne l’affiche 2015, Robert Battle s’efforce d’élargir le répertoire tout en conservant vivantes les œuvres jadis créées par Alvin Ailey : 18 ballets dont dix-huit en premières présentations en France sont données au cours de 27 séances en soirée à 20H et le samedi également à 15H.

Parmi les premières à Paris, figure « Exodus », création de 2015, signée par un artiste du hip hop, Rennie Harris qui bouscule les codes de la danse contemporaine et aux Etats Unis a introduit la « street dance »(danse urbaine) dans les théâtres . Pour lui, le hip hop est une « célébration de la vie », une danse à la virtuosité expressive qui conduit à sa façon, mêlée au néoclassique, aux fondements de la spiritualité et à la nécessité de l’affirmation de soi.

Sa chorégraphie d’une vingtaine de minutes, « Exodus » s’appuie sur des gospels entremêlés de « house music » : elle est à l’affiche des Etés de la danse, les 16, 18, 22, 25, 28 juillet. De Rennie Harris a été programmé aussi pour Paris son ballet « Home » sur une musique « soul » qui s’achève sur une explosion collective euphorique (les 21, 27 juillet et 1er août). Autre première à Paris : « Lift » de la Canadienne Aszure Barton, 26 minutes de danse sur une musique de Curtis Macdonald qui rappellent les racines africaines terriennes, impressionnantes de vitalité des danseurs de la compagnie.

Pour cette saison parisienne, ont été choisies par ailleurs des pièces de chorégraphes connus en France de différents courants comme les Noirs américains Bill T. Jones et Ulysses Dove, ce dernier trop tôt disparu en 1996, le Néerlandais Hans van Manen, l’Israélien Ohad Naharin, sans oublier le directeur actuel de la compagnie Alvin Ailey, Robert Battle.

Les chorégraphies d’Alvin Ailey continuent à fournir l’ossature du répertoire de la compagnie. S’en détache une pièce pour dix neuf danseurs que l’on considère unanimement comme une réussite parfaite « Revelations » de 1960. Elle se veut « une évocation de la ténacité afro-américaine ». C’est une suite de danses exécutées sur des musiques religieuses et réparties sur quatre sections dont la dernière « Yellow », sur un gospel, mêle pantomime et ballet-jazz avec des accessoires (tabourets et éventails) pour évoquer un culte de l’Eglise baptiste du Sud. On retrouve dans « Revelations » tout ce qui fait la séduction d’Alvin Ailey, un mélange d’humour, d’énergie domptée et de sensualité combinés à une théâtralité efficace.
Les Etés de la danse proposent aussi un programme de films de danse autour de l’Alvin Ailey American Dance Theater, au cinéma Le Balzac du 15 au 23 juillet

Pour la troisième fois se tiendra pendant le festival un stage international avec l’ancienne étoile de l’Opéra de Paris, Monique Loudières en lien avec la compagnie invitée qui ainsi proposera aux participants, répartis sur trois niveaux (ado, pre-pro et pro) une véritable immersion dans son univers professionnel du 13 au 18 juillet et du 20 au 25 juillet. Deux auditions pour le public se dérouleront les dimanches 19 et 26 juillet au Centre international de danse jazz, 54 rue de Clichy Paris 9ème.

- Théâtre du Châtelet jusqu’au 1er août à 2H et le samedi également à 15H, de 20 à 90 euros.
Photos Revelations ©Nan Malville Exodus ©Paul Kolnik

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.