Accueil > 3 lits pour 8

Critiques / Comédie & Humour

3 lits pour 8

par Marie-Laure Atinault

A la recherche de l’édredon perdu !

Partager l'article :

Mathématiquement 3 lits pour 8 c’est trop ou pas assez ! Alan Ayckbourn est très apprécié en France, où son théâtre est un modèle pour les comédies. Depuis Pantoufle au début des années soixante, Entre nous soit dit avec un certain Jean-Luc Moreau, L’amour est un enfant de Salaud, sans oublier les superbes adaptations cinématographiques d’Alain Resnais de Smoking, No smoking, à Cœurs, Sir Alan Ayckbourn est bien aimé du public français.

L’auteur anglais aime mélanger les temps, les lieux et les personnages. Sur le plateau nous voyons trois chambres et leurs occupants qui vont être « dérangés », pour rester dans un registre de vocabulaire policé par la crise identitaire, existentielle et amoureuse de Natacha et Antoine (Marie Montoya et Pierre-Olivier Mornas). Ils vont sans vergogne, transporter leurs problèmes chez leurs parents (Annick Blancheteau et Bernard Alane), leurs amis (Jean-Christophe Barc et Juliette Meyniac), leur Ex (Mathilde Penin), avec une nonchalance et hystérie maniaco-dépressive qui mettraient à bout la patience de tous les saints du calendrier. On peut voir simultanément les ravages de ce couple terrible qui devraient donner leur nom au prochain cyclone. Dans leur malheur, rien ne leur résiste et dans leur égoïsme ils ne voient rien, ni la douleur bien réelle et un peu exagérée de Maxence (Dimitri Rataud) cloué au lit par un lumbago, ni qu’ils gâchent la pendaison de crémaillère de Magali et Frédo, qui étaient avant cette nuit, des amis fidèles, ni de leurs parents qui pensaient naïvement fêter leur anniversaire de mariage.

Toute la distribution de cette nuit blanche orchestrée par Jean-Luc Moreau, joue cette symphonie pour édredons et oreillers en do dièse majeur. Aucun temps mort, ni somnolence des spectateurs puisque les rires sont tonitruants. Le montage du cadeau surprise de Magali par son chéri joué par l’excellent Jean-Christophe Barc est un grand moment de bonheur pour toutes les compagnes de bricoleurs du dimanche.

3 lits pour 8 Une comédie d’Alan Ayckbourn, adaptation de Victor Lanoux
Mise en scène Jean-Luc Moreau. Avec Bernard Alane, Jean-Christophe Barc, Annick Blancheteau, Juliette Meyniac, Marie Montoya, Pierre-Olivier Mornas, Mathilde Penin, Dimitri Rataud
Théâtre Saint-Georges tél : 01 48 78 63 47. jusqu’au 28 avril 2013
www.theatre-saint-georges.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.