Accueil > 2084, Un futur plein d’avenir de Philippe Dorin

Critiques / Jeune Public / Théâtre

2084, Un futur plein d’avenir de Philippe Dorin

par Dominique Darzacq

Tout public à partir de 9 ans

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Une fantaisie en noir et rire

Entre l’auteur Philippe Dorin et Ismaïl Safwan, metteur en scène de la compagnie Flash Marionnettes, c’est une fructueuse histoire d’échange et de mutuelle inspiration où la contrainte des formes fertilise l’écriture de l’un, qui devient pour l’autre formidable terreau d’élaboration ouvert à toutes les figures et à toutes les fantaisies.

Après « Babel France » et « Les Enchaînés », le duo s’est reformé pour une équipée spatio-temporelle qui nous mène du côté de 2084. Ce bond en avant nous est proposé par un sémillant présentateur, à moins que ce ne soit un de ces docteurs Folamour des temps présents, que l’on voit vieillir à mesure du décompte vers le futur et qui rend l’âme pile 74 ans plus tard.
En ce temps-là, les prés bordés de forêts, les rivières coulant entre les rives plantées d’ajoncs, les façades des maisons sont restés familiers. Mais si le paysage n’a pas changé, c’est tout un monde de clones et de robots, comme débarqué d’un noir sidéral, qui s’agite. Leurs occupations ressemblent aux nôtres sauf que tout y est formaté, normalisé et malheur à celui, humain ou robot, qui veut faire exception à la règle. Ainsi, devant l’impossibilité de s’isoler pour manger son casse-croûte, le clone n°11 finit par se suicider. Du côté des robots, ça ne va guère mieux, ils s’expriment en sigles, sont syndiqués, mais que l’un sorte de la ligne, il est envoyé illico à la casse. La puce électronique se glisse partout, jusque dans le corps de la marionnette qui donne congé à son marionnettiste pour devenir un de ces grands manipulateurs de sinistres mémoires.

Même Mozart y laisse des plumes

Dans ce monde uniforme et décervelé, Mozart, dont l’œuvre a traversé les siècles, pourrait nous faire croire aux vertus salvatrices de l’art. Hélas, en 2084, devenu Momo, il sera lui aussi victime de la standardisation.
Puisqu’aujourd’hui fait le lit de demain, Philippe Dorin tire la sonnette d’alarme sur les dérives de notre société. Pour en amplifier les effets, il emprunte au Big Brother de Georges Orwell et nous brosse le tableau d’un avenir plutôt sinistre. Mais il le fait avec une revigorante ironie et avec une fantaisie que relayent magnifiquement les marionnettes à tiges de la compagnie Flash Marionnettes. Tantôt à vue, tantôt cachés, les acteurs marionnettistes, qui font corps avec elles, leur insufflent vie et dessinent, par la voix, leur caractère de si saisissante manière que s’estompe la frontière entre manipulateur et manipulé.

Les trois acteurs-manipulateurs qui ont en charge toute une population, passent d’un personnage à l’autre avec une remarquable souplesse de jeu mais peinent parfois à bien se faire entendre. Un léger bémol dû sans doute à la fraîcheur d’un spectacle dont on sent bien qu’il s’affinera au fil des représentations. Mais tel, pour ce qu’il raconte et la manière de le faire, ce futur là par son invention scénique, ses subtiles citations musicales et ses métaphores, conjugue au présent un plaisir théâtral, tissé de rire et d’angoisse, qui ouvre toutes les pistes de l’imaginaire que l’on soit adulte ou plus jeune.

2084, un futur plein d’avenir de Philippe Dorin. Mise en scène Ismaïl Safwan, marionnettes Michel Klein, avec Vincent Eloy, Vanessa Rivelaygue, Marie Seux
Au TEP jusqu’au 19 décembre 1h15 tel 01 43 64 80 80
27 et 28 janvier Kingersheim (Festival Momix) (68), 8 février Maromme (76), 18 mars Rixheim (68), 1er avril Eybens (38), 5 avril Crolles (38), 7 avril Meylan (38)

JPEG - 139 ko
2084, Un futur plein d’avenir de Philippe Dorin

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.