Accueil > Les Chaises d’Eugène Ionesco

Critiques / Théâtre

Les Chaises d’Eugène Ionesco

par Corinne Denailles

Fin de partie

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Luc Bondy a respecté la volonté de Ionesco qui voulait au moins quarante chaises sur scène (elles sont soixante-dix), mais on les attendait en avalanche dans un processus d’envahissement de l’espace jusqu’à saturation. A l’image de ces chaises vides qui figurent la solitude des personnages mais qui manquent singulièrement de présence, la mise en scène manque du rythme qui est l’ossature même du texte. Bondy a dû lire Ionesco en pensant à Beckett. C’est la première fois que Ionesco aborde la question de la vieillesse et de la mort, rejoignant d’une certaine manière les préoccupations de Beckett. Les deux vieux isolés sur leur île peuvent faire penser aux personnages de Premier amour ou à Winnie ensablée d’Oh les beaux jours ; ils sont dans la même absence de perspective, dans le même processus de disparition. Mais le traitement n’est pas le même et cela fait toute la différence. La pièce de Ionesco est une farce tragique qui entend faire rire. Deux vieillards reçoivent des invités fantômes venus écouter un improbable orateur censé leur transmettre le message que le vieil homme veut communiquer à l’humanité avant de mourir, et qui donnerait un sens à vie. Mais l’orateur est sourd (ici il parle une langue incompréhensible) et les deux vieux se suicident.

Une performance d’acteurs

Si le parti pris de mise en scène est discutable, les acteurs devenus de pathétiques marionnettes sous la direction du metteur en scène, sont sans conteste formidables. La vie se retirant peu à peu, le corps se rétrécit, prend la raideur d’une poupée de bois dont on ne devine plus l’âme. On frémit aux fous rires de Dominique Reymond qui sonnent comme une agonie. Micha Lescot se glisse dans cette vieille carcasse entravée par les ans avec un naturel confondant, on perçoit combien le cœur palpitent toujours sous le boisseau du temps. On l’a souvent vu jouer avec bonheur de ses airs de ravi promenant son corps de liane nonchalant. Sous la direction de Bondy, avec lequel il a déjà travaillé (il était Le Chevalier de La Seconde Surprise de l’amour de Marivaux), il a sculpté avec une virtuosité exceptionnelle la composition de son personnage, tout en nuances, en signes infimes. Il attendrit une minute pour susciter la moquerie l’instant suivant et l’on ressent une sorte de tendresse de pitié pour ce frère humain enfermé dans son corps et dans sa solitude définitive. Micha Lescot touche là au sommet de son art.

Les Chaises d’Eugène Ionesco, mise en scène Luc Bondy. Décors et lumières, Karl-Ernst Herrmann. Costumes, Eva Dessecker Son et musique, André Serré. Avec Micha Lescot, Dominique Reymond, Roch Leibovici. Au théâtre Nanterre-Amandiers jusqu’au 23 octobre, du mardi au samedi à 21h, dimanche à 16h. Durée 1h40. Tel : 01 46 14 70 00.
www.nanterre-amandiers.com

crédit photo : Pascal Victor

Tournée

Du 4 au 7 novembre 2010 : Bonlieu Scène nationale d’Annecy.
Du 9 au 20 novembre 2010 : Théâtre Vidy-Lausanne.
Les 25 et 26 novembre 2010 : CDDB - Théâtre de Lorient.
Les 2 et 3 décembre 2010 : Le Parvis - Scène Nationale de Tarbes.
Du 7 au 9 décembre 2010 : Théâtre de Caen.
Du 5 au 8 janvier 2011 : TNT Théâtre national de Toulouse.
Les 11 et 12 janvier 2011 : L’Espal – Le Mans.
Les 14 et 15 janvier 2011 : Théâtre Anne de Bretagne - Vannes.
Le 18 janvier 2011 : Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre.
Du 20 au 22 janvier 2011 : Scène nationale de Sénart - Combs.
Les 25 et 26 janvier 2011 : Théâtre de l’Archipel - Perpignan.
Le 1er février 2011 : L’Avant-Seine – Théâtre de Colombes.
Les 4 et 5 février 2011 : L’Onde - Théâtre et centre d’art à Vélizy-Villacoublay.
Les 8 et 9 février 2011 : Equinoxe – Scène nationale de Châteauroux.
Les 15 et 16 février 2011 : Théâtre municipal de Béziers.
Du 19 au 26 février 2011 : Les Célestins - Lyon.
Du 1er au 5 mars 2011 : Théâtre Vidy-Lausanne.
Les 8 et 9 mars 2011 : Le Phénix – Scène nationale de Valenciennes.
Du 15 au 17 mars 2011 : La Comédie de Clermont-Ferrand.
Du 22 au 26 mars 2011 : TNBA – Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine.
Du 29 au 31 mars 2011 : Espace Malraux – Scène nationale de Chambéry et de la Savoie.
Le 2 avril 2011 : Théâtre de l’Olivier - Istres.
Les 5 et 6 avril 2011 : La Coursive – Scène nationale La Rochelle.
Les 8 et 9 avril 2011 : Théâtre de Cornouaille – Scène nationale de Quimper.
Du 14 au 16 avril 2011 : Le Quartz – Scène nationale de Brest.
Les 28 et 29 avril 2011 : Grand Théâtre du Luxembourg.
Du 3 au 6 mai 2011 : La Comédie de Reims.
Du 10 au 12 mai 2011 : Comédie de Béthune.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.