Accueil > Le projet RDDV : réactions de la FNSAC-CGT et de la CIP-IDF

Actualités / Actu

Le projet RDDV : réactions de la FNSAC-CGT et de la CIP-IDF

par Géraldine Oury

Eeeet... non !

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La CGT a fait connaître son mécontement lié au contenu des propositions du ministre Renaud Donnedieu de Vabres (cf. article précédent).

Dans son communiqué de presse, publié cet après-midi, elle explique que “La mobilisation des professionnels depuis des mois n’a pas consisté à demander l’aumône ... Selon l’UNEDIC, les recalés seraient 1 500 par mois, ce qui représente 18 000 professionnels en année pleine. Si l’on met ce chiffre en parallèle avec les 20 millions d’Euros, cela reviendrait à une indemnité mensuelle moyenne de 92,59 Euros.”

“Le Ministre de la Culture, au nom du Gouvernement, en refusant de répondre aux mesures d’urgence pour sortir de la crise prend la responsabilité de la poursuite du conflit, et de son aggravation par le caractère provocateur de sa réponse.“

Le communiqué se conclut par une phrase lourde de sous-entendus : “D’ores et déjà, nous pouvons affirmer que l’on se souviendra du Festival de Cannes 2004.“

La coordination des Intermittents et précaires d’Ile de France a fait savoir quant à elle qu’elle regrettait le caractère trop flou, pas assez concret, des propositions du ministre. Elle souhaite qu’il reprenne prochainement la parole pour mieux s’expliquer.

Les deux organisations ont lancé un appel au rassemblement ce soir même à Paris, à partir de18h devant Beaubourg.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.