Accueil > La Vraie Fiancée d’après les frères Grimm

Critiques / Jeune Public

La Vraie Fiancée d’après les frères Grimm

par Corinne Denailles

Ce que disent les contes

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le directeur de l’Odéon, Olivier Py qui a à cœur de faire une place au jeune public dans sa programmation, propose ses lectures quelque peu iconoclastes des contes des frères Grimm (voir l’interview du 11 décembre 2008) qui, sans jamais trahir, étoffent l’original de perspectives nouvelles. Ses mises en scène exigeantes sans concession s’adressent aux spectateurs, enfant ou adulte et réussissent ce tour de force de se faire entendre de tous. Après la Jeune fille, le diable et le moulin et l’eau de la vie, La Vraie Fiancée (créé en 2008), conte sombre et cruel prolonge les thématiques des précédents avec la méchante marâtre, la mort, la résilience, etc. Une jeune orpheline (Céline Chéenne), persécutée par sa marâtre (Samuel Churin), se voit chassée de chez elle au profit de sa demi-sœur qui n’est qu’une poupée de cire, représentation de l’enfant que la méchante femme a perdu, malheur qui pourrait bien être la cause de sa cruauté. La fille se réfugie chez le jardinier (Thomas Matalou) qui, chaque matin, orchestre le chant des oiseaux. Un prince (Antoine Philipot) sans peur et sans reproche, surgi de nulle part tombe amoureux de la pauvre abandonnée et veut l’épouser. Mais la marâtre croise son chemin et lui fait boire l’eau de l’oubli. C’est grâce au principe théâtral très shakespearien qu’il retrouvera la mémoire car le théâtre est vérité. Comme dans Hamlet, la représentation théâtrale met en scène cette sombre tragédie et sert de catharsis pour conduire à une fin heureuse dans laquelle l’ange des enfants travailleurs déclare que désormais c’est au prince à veiller sur les enfants.

Le spectacle écrit d’après Grimm prend des libertés avec l’original pour se faire véritable recréation par rapport à l’histoire elle-même, au style d’écriture, mais aussi en greffant des commentaires critiques sur la place du théâtre dans la société. Tout est éloge du théâtre et du jeu dans cette mise en scène. Dans la belle scénographie de Pierre-André Weitz, qui signe aussi les costumes, un mur de lumière, démultiplication des rampes d’ampoules des loges d’artistes, définit le cadre à l’intérieur duquel un module à géométrie variable redessine l’espace. La mise en scène tire sa légèreté du contraste entre le jeu avec l’abstraction et les références au théâtre de tréteaux et à la commedia dell’arte, le texte souvent poétique et l’exubérance du jeu des acteurs, tous épatants et excellents chanteurs (à noter le numéro vocal de qui énumère une kyrielle de chants d’oiseaux). Avec talent, Py donne naissance au théâtre sur le terreau des contes. Ses mises en scène pour le jeune public portent la marque d’un style très personnel qui allient divertissement et éducation au raffinement de l’esprit et de l’art.

La Vraie Fiancée d’après les frères Grimm, mise en scène Olivier Py. Décor, costumes et maquillages : Pierre-André Weitz. Distribution : Céline Chéenne, Samuel Churin, Florent Gallier, Sylvie Magand, Thomas Matalou, Antoine Philipot, Benjamin Ritter. A l’Odéon-théâtre de l’Europe/Ateliers Berthier jusqu’au 11 juin, les mardi, jeudi, vendredi à 20h, mercredi et dimanche à 15h, samedi à 15h et 20h. Durée : 1h15. A partir de 7 ans. Tel : 01 44 85 40 40.
Spectacle créé le 25 décembre 2008 aux Ateliers Berthier.

© Alain Fontenay

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

  • La Vraie Fiancée d’après les frères Grimm 13 mai 2015 20:33, par Chauvelin

    Bonjour tout le monde je voudrais savoir la date de publication du conte "la vraie fiancée"
    (j’ai 11 ans et j’ai un contrôle sur beaucoup de conte avec celui-ci vendredi qui arrive donc Est-ce que vous pouvez me donner des information sur ce conte et encore plus que sur la date de publication s’il vous plaît ?
    Merci beaucoup

    repondre message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.