Accueil > Paris capitale mondiale du théâtre, Théâtre des Nations par Odette (...)

Critiques / Livres, CD, DVD

Paris capitale mondiale du théâtre, Théâtre des Nations par Odette Aslan

par Jean Chollet

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

“ Réconcilier les peuples par leur culture ”, telle fut l’ambition utopique ayant motivé la création d’un Festival international parisien en 1954. Cette manifestation imaginée par Aman Maistre Julien, alors directeur du Théâtre Sarah Bernhardt (devenu Théâtre de la Ville depuis 1968) et Claude Planson, s’inspirait du projet de Firmin Gémier, qui, après la Première Guerre mondiale, souhaitait promouvoir avec la Société universelle du théâtre (SUDT) des échanges internationaux. Sous le nom de Festival international d’Art dramatique de la ville de Paris, la première édition se déroule du 10 juin au 30 juillet. Parmi les quinze nations représentées – toutes européennes à l’exception d’Israël -, une grande première en France avec la venue du Berliner Ensemble (La Cruche cassée de Kleist et Mère Courage de Brecht dans la mise en scène de l’auteur). Les éditions suivantes contribuèrent, autour des créations françaises, à faire découvrir et révéler de nouvelles formes théâtrales, comme en 1955 avec le Workshop Theatre, le Théâtre national de Grèce, le Bugtheater de Vienne, qui accompagnent le retour du Berliner… et la venue de l’Opéra de Pekin, ou en 1956 avec le Théâtre national de Prague, le Deutsches Theater de RFA, le Théâtre national de Pologne et diverses réalisations lyriques. A partir de 1957, répondant à la demande de l’Institut international du théâtre (IIT) et de l’Unesco auquel il est affilié, la France se donne les moyens de créer à Paris un Théâtre des Nations qui pérennise le festival parisien. Sous cette appellation et jusqu’en 1965, la capitale française devient un pôle de convergence et de reconnaissance pour des créateurs du spectacle vivant venus du monde entier. Le survol des différentes éditions révèle la diversité et la richesse des programmations des différentes disciplines – théâtre, opéra, danse – accueillant par exemple le Théâtre d’Art de Moscou, le Piccolo Teatro, la Royal Shakespeare Company et le Living Theatre, le Ballet du XX° siècle, le nô et le kabuki japonais ou le happening. Autant d’indicateurs révélateurs de nouveaux langages scéniques, dramaturgiques et scénographiques. Cet ouvrage, réalisé par Odette Aslan, retrace avec précision les cheminements et les fluctuations de cette aventure, contribuant à ouvrir les frontières artistiques dans une période ou la liberté de circulation en ce domaine était loin d’être acquise. Chaque édition fait l’objet d’un éclairage documenté, précis et commenté, portant sur les créations respectives des artistes présents, avec une mise en perspective des réactions et des critiques qui ont accompagné l’évènement et les témoignages d’acteurs ou d’observateurs (L. Attoun, G. Garran, M. Launay, J. Lavelli, A.L. Périnetti, R. Planchon …) ayant vécu cette entreprise. Une postface de Béatrice Picon – Vallin consacrée au Festival de Nancy – Festival mondial du théâtre universitaire, devenu en 1968 Festival mondial du théâtre - témoigne de nouvelles orientations et aspirations suscitées par l’expérience parisienne du Théâtre des Nations.

Paris capitale mondiale du théâtre, Théâtre des Nations par Odette Aslan, Arts du spectacle, CNRS éditions, 330 pages dont de nombreuses illustrations. Prix 49 €

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.