Accueil > Ode maritime de Fernando Pessoa

Critiques / Théâtre

Ode maritime de Fernando Pessoa

par Jean Chollet

Un vibrant poème

Partager l'article :

L’horizon tient dans le creux d’une vague dressée dont la tonalité grise recevra de fines variations de lumières colorées. A l’avant, un ponton d’embarquement pour une navigation au cœur du vibrant poème de l’auteur portugais Fernando Pessoa (1888 – 1935). Cet environnement spatial (Sallahdyn Khatir) introduit une relation sensorielle et un écho sans parasites aux paroles proférées par Jean-Quentin Châtelain. Navigateur solitaire immobile resté à quai, il distille et module de sa voix charnelle et singulière les vers du poète. Une invitation à “Prendre le large au gré du danger, au gré de la mer ” pour regarder avec lui “vers l’Indéfini ”, dont le comédien porte et accompagne la progression dans un cheminement qui mêle le passé au présent, la violence des pirates à celle du XXe siècle et conduit les récits sanguinaires au bord de la folie dans l’ombre de la mort. “Passeur ” de mots, le comédien transmet à travers sa fascinante partition vocale, - faites de modulations, de silences et de cris - les accents, la solitude, les rêves et les désirs, la nostalgie et les tensions intérieures de Pessoa, qui portent au vertige et touchent à l’intime. Au spectateur de se laisser pénétrer par cette traversée hors du temps que l’on porte en soi longtemps après l’avoir quittée. L’intensité de cette fascinante rencontre n’aurait sans nul doute pas été possible sans la mise en scène de Claude Régy, infatigable et exigeant explorateur d’écritures, dont la radicalité trouve ici un magnifique aboutissement dans son souhait de repousser les frontières du théâtre. Incontestablement un temps fort de ce Festival 2009.

Ode maritime de Fernando Pessoa, mise en scène Claude Régy, texte français de Parcidio Gonçalves, avec Jean –Quentin Châtelain, scénographie Sallahdyn Khatir, lumière Rémi Godfroy, Sallahdyn Khatir, Claude Régy, son Philippe Cachia. Durée : 2 heures.

Tournée à partir de janvier 2010 : Théâtre national de Strasbourg (19.01 au 4.02), CDDB- Théâtre de Lorient (du 9 au 11.02), Théâtre de la Ville - Paris (du 8 au 20.03), Théâtre national de Toulouse (du 25.03 au 1.04), Théâtre des Treize - Vents – Montpellier (du 6 au 9.04), La Rose des Vents – Lille Métropole /Villeneuve d’Ascq (du 20 au 23.4), Granit – Belfort ( du 27 au 29.04), MC2 Grenoble ( du 4 au 7.05), Comédie de Reims (du 19 au 21 mai).

première publication le 28 juillet 2009

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.