Accueil > Manon Lescaut de Giacomo Puccini

Critiques / Opéra & Classique

Manon Lescaut de Giacomo Puccini

par Jaime Estapà i Argemí

Pour Liliana Cavani un chat est un chat

Partager l'article :

Les opéras « Manon » de Jules Massenet et « Manon Lescaut » de Giacomo Puccini, tous deux adaptés de la célèbre nouvelle de l’abbé Antoine-François Prévost, se livrent depuis cent ans un duel acharné au Liceu de Barcelone sans que l’un puisse l’emporter sur l’autre aux yeux du public.

Les affiches « licéistes » du dernier demi siècle attestent que bien des grands de la scène - Maria Caniglia, Renata Tebaldi, Victoria de los Angeles, Raina Kabaivanska, Plácido Domingo, Jaume Aragall, Alfredo Krauss, André Turp, Alain Vanzo et bien d’autres - la liste serait très longue - ont défendu à Barcelone l’une ou l’autre des deux Manon. Seule Montserrat Caballé n’a pas voulu prendre parti et les a incarnées toutes les deux.

Ce « mano a mano » entre Puccini et Massenet s’était arrêté provisoirement en janvier 1990 avec la prestation de Mirella Freni. Il ressurgit cette année au Liceu, qui remet « face à face » les deux compositeurs- comme ce fut déjà le cas lors de la saison 85-86 - avec en prime, sans raison, ni éphéméride apparentes, le « Portrait de Manon » du même Massenet et le « Boulevard Solitude » de Hans Werner Henze. Le « mano a mano » est ainsi devenu un « catch à quatre » dans la saison barcelonaise.

C’est Giacomo Puccini qui a eu le privilège de tirer le premier. « Manon Lescaut » a été présentée dans la mise en scène, soignée et traditionnelle, préparée par Liliana Cavani pour la Scala de Milan et dont les décors de Dante Ferretti ont fait bien des adeptes au Liceu. Décors réalistes qui appellent « un chat, un chat » et que l’on pourrait soupçonner de manque d’imagination par les temps qui courent, mais qui sont, bien au contraire, excessivement inventifs - le bateau du 3ème acte ! - et qui encadrent et illuminent l’histoire des malheureux amants avec la clarté indispensable pour une bonne compréhension des évènements : la rencontre des deux jeunes gens à Amiens et leur fuite à Paris, la « vente » de Manon au riche Geronte, la vengeance du vieillard avec la déportation des amants en Louisiane, et finalement leur mort dans la désespérante solitude du désert américain. Le travail de Liliana Cavani et de Dante Ferretti compense aussi, autant que faire se peut, les énormes coups de ciseau que Domenico Oliva et Luigi Illica, les librettistes, ont dû pratiquer sur les prolifiques textes du singulier abbé Prévost.

Lors de la représentation du 3 janvier 2007, le public a vivement applaudi Maria Guleghina - en Manon tour à tour naïve, amoureuse, désespérée - ainsi que Robert Bork - Lescaut, le frère autoritaire et vénal, vocalement irréprochable -, alors que le doute a plané sur l’interprétation de Des Grieux par Hugh Smith (remplaçant Serguej Larin, arrêté pour cause d’intervention chirurgicale) qui est passé complètement à côté du premier acte, mais s’est rattrapé progressivement lors les actes suivants. Le public n’a pas oublié de saluer Enric Serra, enfant du pays, bien à la limite de ses moyens actuels dans le rôle de Geronte, ni le madrilène Israel Lozano - Edmondo - pour sa bonne contribution à la soirée. En revanche, l’apparition en « maître de danse » de René Kollo - prodigieux Tristan de la première et unique Isolde de M.Caballé au Liceu en 1998 - est passée totalement inaperçue : « sic transit gloria mundi ».

Renato Palumbo a été abondamment et justement remercié pour avoir donné de l’œuvre de G.Puccini une lecture passionnée et lyrique, tranquille ou envolée suivant le moment, toujours analytique, et pour avoir ainsi fait monter le niveau de l’Orchestre Symphonique du Liceu le temps d’une soirée.

« Manon Lescaut », opéra en quatre actes, livret de Domenico Oliva et de Luigi Illica fondé sur le roman d’Antoine-François Prévost « L’histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut ». Production du Teatro alla Scala de Milano. Mise en scène de Liliana Cavani. Décors de Dante Ferretti. Direction musicale de Renato Palumbo. Chanteurs : Maria Guleghina, Hugh Smith, Robert Bork, Enric Serra, Israel Lozano, Alberto Feria, Agata Bienkowska, René Kollo, Josep Ruiz, Ricardo Ferrari.

- Gran Teatre del Liceu les 22, 23, 27, 29, 30 décembre 2006 et les 2, 3, 5, 7 et 8 janvier 2007.

- http://www.liceubarcelona.com

Copyright Antonio Bofill

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.