Accueil > La mort de Caroline Alexander

Actualités / Disparition

La mort de Caroline Alexander

par Gilles Dumont

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Je viens d’apprendre avec une très grande tristesse le décès de Caroline Alexander qui s’est éteinte à Paris le mardi 3 août, à l’age de 85 ans, à la suite, comme l’on dit, d’une longue maladie.

Caroline était un peu, beaucoup, de l’âme de Webthéâtre, elle qui a participé à l’aventure depuis le tout début de l’équipe rédactionnelle. Je l’avais connu grâce au Journal des Spectacles auquel elle collaborait à l’époque. Quand celui-ci s’est arrêté de paraître elle a rejoint, avec d’autres, Webthéâtre, pour écrire pendant toutes ces années près d’un millier d’articles. D’une plume allègre, elle mettait son expérience et sa connaissance de l’opéra au service d’une critique toujours passionnée et passionnante.

Mais Caroline était aussi et surtout une amie. Une femme de caractère, certainement, mais toujours attentive et à l’écoute des uns et des autres. C’est elle qui nous a présenté régulièrement de nouveaux journalistes qui sont devenus à leur tour de fidèles rédacteurs. Je l’ai eue il y a encore peu de temps au téléphone. Elle me disait être très fatiguée. Elle n’écrivait plus depuis déjà plusieurs mois et je comprenais combien cela l’affectait. Nous savions bien, l’un comme l’autre, qu’elle ne pourrait plus organiser les déjeuners de rédaction, chez elle, dans son appartement, qui nous réunissaient de façon informelle pour un moment tellement agréable. Caroline était alors une hôtesse délicieuse et nous n’oublierons pas tous les moments de bonheur qu’elle nous a permis de partager.

Au nom de toute la rédaction, j’adresse mes plus chères pensées à ses proches.

Gilles Dumont

Son inhumation aura lieu le lundi 9 août à 14h au cimetière parisien de Bagneux.
45 avenue Max Dormoy 92220 Bagneux.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.