Accueil > En attendant les Molières 2019 : Anne Bouvier

Portraits / Théâtre / Actu

En attendant les Molières 2019 : Anne Bouvier

par Marie-Laure Atinault

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Anne Bouvier est nommée dans la catégorie Molière de la comédienne d’un spectacle de Théâtre Privé pour son interprétation toute en nuance de Mademoiselle Molière de Gérard Savoisien.
Nous avions déjà rencontré Anne Bouvier lors de sa dernière nomination en 2016. Nous avions envie de savoir comment elle vivait cette nouvelle aventure !

WTT : Quels sont les sentiments d’une « moliérisée » à l’annonce de sa nomination pour cette 31éme cérémonie. Êtes-vous blasée, ou bien heureusement surprise ?

Anne Bouvier : Oh non, je ne suis pas blasée ! Loin de là… Lorsque j’ai reçu mon premier Molière dans la catégorie Molière de la comédienne dans un second rôle pour Le Roi Lear, j’ai vécu un moment incroyable. Être nommé puis récompensé, c’était comme si j’étais enfin légitime dans ce métier. J’avais besoin de cette reconnaissance, de cette légitimité en tant que fille d’acteur, on a besoin de prouver qu’on a le droit de faire ce métier par rapport à ceux pour qui c’est une vocation pure. Il faut être « adoubé » par la profession.
Plusieurs personnes me disaient : « tu vas être nommée, c’est sûr ! » On a toujours du mal à y croire même si au fond de soi-même on aimerait tellement.
Donc ça reste miraculeux, en tous cas pour moi. Nous sommes tellement nombreux dans ce métier, pour être dans les 4 considérées cette année là comme les « meilleures » c’est incroyable !

WTT : Qu’avez-vous ressenti à cette annonce ?

Anne Bouvier : Quand j’ai appris que j’étais nommée, j’ai pleuré et j’ai appelé mes parents. C’est comme une merveilleuse journée d’anniversaire : les messages chaleureux des camarades, ça fait un bien fou !

WTT : Avec votre expérience de « nommée » quels sont les conseils que vous pouvez donner aux autres ?

Anne Bouvier : Mon expérience minime ! Se préparer à ne pas l’avoir !

WTT : Avez-vous pensé à votre discours ?

Anne Bouvier : Je pense à mon discours jour et nuit ! Ça tourne dans ma tête, mais je ne veux rien écrire, je suis trop superstitieuse. On hésite entre dire merci, parler du métier, d’avoir des coups de gueule ! Tout se bouscule. C’est très compliqué car on a très peu de temps et il faut être en harmonie avec ce qu’on est. Pour ce moment si particulier, il faut penser à comment nous allons être perçue. Faut-il penser au public ou au métier ? Je vais suivre mon instinct, si jamais…

WTT : Autre question traditionnelle avez-vous pensé à votre tenue ?

Anne Bouvier : La tenue, je l’ai trouvée cet après midi : une robe Dior qui me plait beaucoup ! C’est important de se sentir bien pour affronter le pire ! Là aussi il faut trouver la tenue juste : ne pas se déguiser, être soi même mais dans le cadre d’une soirée particulière. Faire comme si on était la reine de la soirée sans être sûre de l’être !!! C’est très étrange.

WTT : Une question subsidiaire, où avez-vous installé votre précédent Molière

Anne Bouvier : Mon précédent Molière est en haut d’un placard. . Mais je viens d’acheter une maison en Normandie avec une cheminée qui sera idéale pour lui.

Anne Bouvier nous quitte dans un éclat de rire.
Mademoiselle Molière se joue au théâtre Rive Gauche jusqu’à la fin du mois de mai.

© Photo : Laurencine Lot

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.