Accueil > A corps et à cris

Critiques /

A corps et à cris

par Caroline Alexander

Du chant au cri : leçon de choses en humour et virtuosité vocale

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

A corps et à cris… Accords et à cris ? Musique et savoir. Un voyage immobile sur les ondes de nos cordes vocales. Une vingtaine d’escales guidées par les voix virtuoses de l’Ensemble Clément Janequin et par leurs invités : des scientifiques, philosophes ou médecins qui expliquent comment ça fonctionne au fond des gosiers des hommes et des bêtes et en commentent l’impact.

A bord de La Péniche Opéra, Dominique Visse et ses chanteurs entraînent les passagers spectateurs dans une réjouissante croisière, à la fois musicale et savante. En 2010 un premier périple musical intitulé Cris du cri avait lancé la méthode – assemblage inattendu de musiques connues et de musiques nouvelles spécialement composées pour le spectacle – et obtenu un si beau succès qu’il donna l’envie de réitérer l’expérience autour d’un thème à la fois similaire – le cri - et différent – ses retombées et interprétations diverses.

Du Chant des Oiseaux de Clément Janequin, ébouriffante mosaïque d’onomatopées à la cocasserie ailée, au Cri de la Crise, revue socio-politique commandée par la Péniche au compositeur Alexandros Markéas, une formidable palette de sons et de réflexions vient illustrer le sujet. Du jardin des plantes, Alain Dubois raconte les drôles de vocalises des grenouilles, le Madrigal zoologique de Régis Campo interroge L’histoire du Cri que Franck Gervais a composée pour l’occasion. Vincent Scotto, les fesses des Frères Jacques, défilent
en rangs serrés aux côtés du cow-boy de Raymond Jouve… Les styles se chevauchent tout comme les explications de texte. Sébastien Rivas et Aurélien Dumont apportent leurs touches aux couleurs d’aujourd’hui. Le biologiste Damien Shoëvaërt démontre en directe et en bonhomie que le cri et le temps partagent des destins. Les soupirs de l’orgasme, les cris de guerre, les ahanements des joueurs et joueuses de tennis, les slogans taillés aux mesures des manifs…

Un orgue positif, une épinette, un piano accompagnent ici et là complaintes et couplets. La plupart sont égrenées a cappella par une bande d’interprètes virtuoses – haute-contre, baryton, ténors, basse – qui glissent mine de rien d’un registre à l’autre, jouent la comédie façon potaches préparant une blague.

Beaucoup de rires et quelques brins d’émotion Dominique Visse a tout orchestré, Mireille Larroche signe une très simple et très efficace mise en espace. Quatre représentations, c’est bien peu pour un spectacle qu’on aimerait recommander.

A corps et à cris - concert-conférence, de la Renaissance aux créations d’aujourd’hui. Par l’Ensemble Clément Janequin, direction Dominique Visse, mise en espace Mireille Larroche. Avec Dominique Visse, Hugues Primard, Vincent Bouchot, François Fauché, Renaud Delaigues, Elisabeth Geiger (orgue et épinette), Véronique Birel (piano) .

La Péniche-Opéra, les 2, 7, 9 avril à 20h30 – le 8 à 16h
01 53 35 07 77

Photo : Koen Broos

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.