Accueil > 31ème Nuit des Molières

Actualités / Théâtre / Actu

31ème Nuit des Molières

par Marie-Laure Atinault

Le récit de notre envoyée spéciale !

Partager l'article :

Les Folies Bergère frémissent du frou-frou des robes du soir des participants à l’un des événements les plus couru du monde du théâtre.
Les célèbres chevaux hennissent de plaisir en voyant cette belle assemblée. L’embouteillage est dense pour récupérer son laissez-passer et accéder à la salle. Pour une fois la maire de Paris est innocente. Cela peut ressembler à une opération digne de Mission Impossible ! On s’étonne que d’anciens Molièrisés doivent montrer patte blanche afin d’avoir le précieux ticket. Une fois dans le hall, ce sont les embrassades d’usage. On s’embrasse beaucoup dans le métier ! Xavier Lemaire, heureux metteur en scène d’Hamlet et du Cœur Simple dont les comédiens Grégori Baquet et Isabelle Andréani sont nommés, a des allures de garde du corps. Hervé Devolder porte le smoking avec une souriante décontraction. Elsa Lepoivre, sociétaire de la Comédie Française est tout simplement magnifique. Lambert Wilson, ne porte pas d’habit vert, la couleur d’Alceste qu’il a si bien interprété, mais un élégant smoking. Isabelle Carré et Olivier Claverie qui sont nommés pour le délicieuse Dégustation sont aux anges. Thomas Jolly aime les couleurs et il imprime une fantaisie à cette brillante assemblée.

Enfin le top départ est lancé !

Cette année, un petit film nous permet de suivre un aspect peu connu de la préparation de la cérémonie. L’Académie des Molières doit choisir deux acteurs de cette soirée : le maître de cérémonie et le, ou la présidente. Si, il fut aisé de choisir Emmanuelle Devos pour présider la soirée, le choix du Maître est un casse-tête. Qui après Zabou Breitman présenta la 31ème nuit ? Un petit film nous montre les affres des organisateurs. Michel Field et l’équipe entraînée par Catherine Chevalier doivent se livrer à une quête digne du Graal.

Certain mauvais esprit regrette que La plante verte ne soit pas aux commandes !
Cette année c’est à l’humoriste Alex Vizorek qu’incombe cette tâche qui peut être ingrate de maître de cérémonie. Il est le premier Belge, il relève le gant avec talent !

Nous préférons passer sous silence le petit discours de la présidente qui ne rend pas hommage à son talent. Dans la salle il y a le ministre de la Culture, Franck Riester, dont personne ne se souvient du nom. A-t-il été « briefé » par ses prédécesseurs pour cette cérémonie où il sera de toute façon pris à partie ?

La soirée vient à peine de commencer que le plateau est envahi par une vingtaine de gilets jaune-intermittents qui viennent interrompre Alex Vizorek en plein élan. Il accorde 1 minute, ils en prendront beaucoup plus. Ils veulent remettre des Molières du déshonneur au gouvernement et au ministre présent dans la salle, qui prend collégialement les reproches et revendications. Les gilets ont des statuettes des Molières avec un mini gilet jaune. La sécurité évacue les gilets jaunes. Bravo à l’humoriste qui reprend la main de la cérémonie et enchaîne avec talent. Cet épisode « surprise » ne sera pas diffusé.

Thibault de Montalembert, Dominique Besnehard et Liliane Rovere, l’équipe de choc de la série télévisée 10% présentent le Molière de la Révélation Féminine qui est remportée par Ariane Mourier.
Repérée dans Le Banquet de Mathilda May, la jeune comédienne a du beaucoup aimé Le grand Blond avec une chaussure noire puisque l’appellation de son décolleté de dos nu est un euphémisme dont les messieurs ne se plaignent pas ! Le ministre qui décidément n’est pas venu pour rien, en prend également pour son grade.
Un homme en polo et jean vient sur scène bien modestement et il déclare : » je suis venu voir si j’ai gagné quelque chose ». Il reviendra régulièrement et Monsieur Fraize et son regard de Pierrot sera tout bienveillant avec les autres comédiens.

La joie de Sebastien Azzopardi en recevant le Molière de la création visuelle pour Chapitre XIII est communicative. Il précise que le théâtre est une affaire d’équipe. Comme il a bien raison, mais nous regrettons que cette catégorie fourre-tout ne donne pas la place indispensable aux invisibles du théâtre : les costumiers, les décorateurs, les scénographes, etc.
Sébastien Azzopardi se souviendra de cette soirée puisqu’il est le directeur du théâtre Michel, théâtre qui affiche complet avec l’étonnante Machine de Turing l’un de nos grands coups de cœur partagé visiblement avec les votants puisque le spectacle de Benoît Solès sera récompensé par quatre statuettes.

Elsa Lepoivre et Lambert Wilson, quel beau couple ! Ils viennent remettre le Molière de la comédienne dans un spectacle de Théâtre Privé. Il nous offre un best Off du Misanthrope et de Fanny et Alexandre.
Anne Bouvier, ravissante reçoit avec émotion ce nouveau Molière et cela sans lassitude nous a-t-elle confié. Elle est une Mademoiselle Molière bouleversante.

François Morel rend hommage à Raymond Devos en recevant le Molière du comédien dans un spectacle de Théâtre Public pour son J’ai des doutes.

Alex Vizorek présente en toute légitimité le Molière de l’humour remporté par Blanche Gardin, lauréate l’année dernière. Elle ne nous cache rien Blanche en déclarant ; le premier a foutu en l’air ma vie, mais, elle nous avoue que grâce à ce prix elle a pu pécho. Elle n’hésite pas à déclarer tout ce qu’elle doit à Bradley Cooper. Elle a toute ses chances, le comédien parle très bien le français !

Le Molière de la Comédie revient à ce mets exquis La Dégustation dont l’auteur, Ivan Calbérac, est fou de joie.

Le Canard à l’orange qui avait reçu plus de 5 nominations et faisait figure de favori, sera honoré en la personne (fort séduisante) de François Vincentelli pour le Molière du comédien dans un second rôle. Il rendra un bel hommage à Jean-Pierre Marielle. Les remettants de ce prix sont Sara Giraudeau et Bruno Solo. Ce dernier avoue sa déception de l’an passé et Sara nous dit un texte sur les perdants !

Charlotte Rondelez monte sur scène pour recevoir le Molière de la comédienne dans un second rôle en lieu et place d’Ophélia Kolb retenue (de force) sur un tournage, pour la magnifique Ménagerie de verre.

Tristan Petitgirard et Benoît Solès sont les grands vainqueurs de cette soirée. La Machine de Turing rend justice à Allan Turing ce génie des mathématiques.

Mathilda May semble aussi surprise que nous de recevoir le Molière du metteur en scène pour un spectacle de théâtre Public pour Le banquet, qui faisait figure d’outsider !

Dans les intermèdes, le film réalisé sur les tournées d’Alex Vizorek où Christian Heck est un directeur de salle de province, est un petit bijou. De même que la leçon d’orthographe de deux chercheurs belges nous éclairent enfin sur ce S peu orthodoxe que l’on donne à la soirée !

Le Molière du Théâtre Musical est précédé d’une avant-première des extraits de la prochaine comédie musicale de Michael Gregorio d’après En attendant Godot ! Une adaptation libre et étonnante qui amusera beaucoup Bruno Putzulu qui fut révélé au théâtre de la Tempête dans cette pièce. Chance, le musical de Hervé Devolder qui porte chance à tous les directeurs de théâtre qui le reçoit. Toute la troupe envahie la scène, et sans gilet jaune.

Jean-Pierre Darroussin va user les nerfs des nommés et du Public en prenant des temps de sociétaire de la troisième république avant de dire le nom du vainqueur Benoît Solès qui rend un bel hommage à Emmanuel Dechartre. Marina Fois reçoit le Molière de la comédienne du Théatre Public pour Les Idoles de Christophe Honoré présenté à guichets fermés à l’Odéon.

Thibault Houdiniere, heureux producteur de Mademoiselle Molière et de La machine de Turing en profitera pour faire un appel au ministre pour une aide aux tournées pour les spectacles ayant plus de 2 comédiens sur scène !

Un beau baptême des planches pour Franck Riester. La vie de ministre n’est plus ce qu’elle était. Avec gilet jaune ou smoking toujours des reproches !

Le Molière du théâtre Public est attribué à La Nuit Des Rois, ou tout ce que vous voulez un spectacle de la Comédie Française mise en scène de Thomas Ostermeier. Eric Ruf, l’administrateur de la grande maison dira à quel point il est récompensé de son opiniâtreté à faire venir le grand dramaturge allemand.

La soirée fut plutôt réussie, tous les intermèdes ou jeux de mots n’étaient pas forcément drôles. Nous avons aimé Monsieur Fraize, qui n’a pas eu de Molière, ce sera pour la prochaine fois. La séquence d’hommage aux disparus a particulièrement ému la rédaction de Webtheatre à l’évocation de notre ami Jacky Viallon. C’est toujours un moment d’émotion car nous apprenons parfois la mort d’un ou d’une comédienne qui n’ont pas bénéficié d’une annonce à la télévision. Alex Vizorek peut être fier de lui, il a bien géré les gilets jaune, le cheval blanc, la peine de Bruno Solo, l’air un peu ahuri du ministre. Le Roi de Belgique devrait penser à lui remettre une médaille.

Après la traditionnelle photo de groupe sur le plateau tout le monde se retrouve autour du buffet. C’est également le moment où l’on peut féliciter, consoler, échanger. Nous avons aidé Hervé Devolder à retrouver son Molière, d’embrasser l’inénarrable Sébastien Castro nommé pour Le Prénom, la ravissante Constance Dollé qui vogue sur son petit nuage pour son Molière du Seule en scène.
La soirée nous a semblé un peu longue dans la salle mais cet exercice de remise des prix est toujours difficile, mais grâce à Alex Vizorek, nous avons souvent ri.
Alors Vive La Belgique, Vive Molière.

Marie-Laure Atinault, envoyée spéciale de Webtheatre
Photo : J.C. Grenier

Le Palmarès de la 31éme nuit des Molières

Spectacle dans un théâtre public :
La Nuit des rois ou Tout ce que vous voulez, mis en scène par Thomas Ostermeier

Spectacle dans un théâtre privé :
La Machine de Turing, de Benoît Solès

Auteur francophone vivant :
Benoît Solès, pour La Machine de Turing

Spectacle d’humour :
Blanche Gardin, pour Bonne nuit Blanche

Révélation masculine :
Valentin de Carbonnières, dans 7 morts sur ordonnance

Révélation féminine :
Ariane Mourier, dans Le Banquet

Comédien dans un spectacle de théâtre public :
François Morel, dans J’ai des doutes

Comédien dans un spectacle de théâtre privé :
Benoît Solès, dans La Machine de Turing

Comédienne dans un spectacle de théâtre public :
Marina Foïs, dans Les Idoles

Comédienne dans un spectacle de théâtre privé :
Anne Bouvier, dans Mademoiselle Molière

Comédien dans un second rôle :
François Vincentelli, dans Le Canard à l’orange

Comédienne dans un second rôle :
Ophélia Kolb, dans La Ménagerie de verre

Metteur en scène d’un spectacle de théâtre public :
Mathilda May, pour Le Banquet

Metteur en scène d’un spectacle de théâtre privé :
Tristan Petitgirard, pour La Machine de Turing

Seul(e) en scène :
Constance Dollé, dans Girls and Boys, de Dennis Kelly

Comédie :
La Dégustation, d’Ivan Calbérac

Spectacle musical :
Chance !, d’Hervé Devolder

Spectacle Jeune public :
M comme Méliès, d’Elise Vigier et de Marcial Di Fonzo Bo, Comédie de Caen, CDN de Normandie

Création visuelle :
Chapitre XIII, de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, mise en scène Sébastien Azzopardi

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.