Accueil > Un contrat de Tonino Benacquista

Critiques / Théâtre

Un contrat de Tonino Benacquista

par Gilles Costaz

Un tueur chez un psy

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un honorable psychanalyste reçoit la visite d’un client mystérieux. Celui qui vient s’allonger sur le divan (et qui s’y agite beaucoup et ne ocnserve pas la position allongée qui est de rigueur) est un tueur, un chef de gang. Que vient-il chercher ? Ou demander ? Un service contre un autre ? Ou bien une véritable séance d’exploration de son inconscient ? On ne peut révéler de cette pièce, ni son mystère, ni son dénouement. C’est la seule œuvre dramatique qu’ait jamais écrite le romancier Tonino Benacquista, avec habileté car la vérité ne cesse de fluctuer, tandis que la personnalité du tueur échappe à la simplification : c’est un homme véritablement angoissé qui s’est présenté chez le disciple de Freud.
Ce spectacle arrive enfin à Paris, après avoir été joué deux étés dans le off d’Avignon. L’excellente mise en scène de Stanislas Rosemin repose sur le mystère et l’atmosphère : tout est tendu, tout peut déraper à un moment ou à un autre. Olivier Douau incarne le truand avec le sens de la crapulerie élégante ; il compose une fripouille sincère qui contrôle ses emportements mais a ses faiblesses. Patrick est un psychanalyste fermé dans sa prudence, ses règles et son propre tourment. Les relations des deux personnages sont ainsi finement millimétrées. Le suspens prend, avec ces deux comédiens, une très belle intensité littéraire.

Un contrat de Tonino Benacquista, mise en scène de Stanislas Rosemin, lumière de David Ripon
avec Patrick Seminor et Olivier Douau.

Théâtre du Gymnase, studio Marie Bell, du jeudi au samedi à 20h30, jusqu’au 21 mars. (Durée : 1h15).

Photo Patrick Denis

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.