Accueil > "Syan" de Syan

Critiques / Livres, CD, DVD

"Syan" de Syan

par Jacky Viallon

Une orchestration agréable et très fluide

Partager l'article :

Il n’y a pas de titre générique sur la jaquette du dernier enregistrement du jeune auteur compositeur Syan. En revanche, nous avons la photographie de son visage ténébreux sortant des ombrages d’un château aux contours quelque peu flous et « fantomatiques ». L’image se rapprocherait du château imaginé et fantasmé par Le Grand Meaulnes, personnage central du roman initiatique d’Alain Fournier. Non ! Si nous sommes un peu curieux et quelque peu attentifs au portrait de Syan on remarque que ce dernier est alors couvert d‘un chapeau haut de forme dont l’étrange inclinaison n’est pas sans nous rappeler le personnage du film « Orange mécanique » du cinéaste Stanley Kubrick. Si on complète par un foulard noué en lavallière et un œil bleu accroché à un reste de rêve nous pouvons faire de Syan un nouveau « romantique ».

Ce garçon-là dégage en concert une petite ironie accompagnée d’une sympathique arrogance qui nous épargne toute mièvrerie. De fait est que les chansons sont sensibles, mais à distance de toute sensiblerie. Elles nous parlent d’amours vécues, oubliées ou imaginées et aussi de solitude. Qu’importe, il y a derrière quelqu’un qui se bat pour, tout simplement, « Être », « voire » être lui »…Être un garçon qui croit en la vie, en la vie de la musique et qui aime aussi concubiner avec les mots lancés au tempo du cœur. On le ressent … L’orchestration est agréable, très fluide, les divers instruments semblent glisser les uns vers les autres ou les uns sur les autres sans crocs-en-jambe ni disharmonie. On aime ces belles descentes de clavier qui font semblant d’être des pauses. Parfois, est-on surpris par l’émergence de quelques instruments qui disparaissent aussitôt pour aller rechercher l’énergie et revenir quelques mesures plus tard en glissements, accrocs volontaires ou suspensions.

L’ensemble donne un rythme divers,syncopé, ne laissant pas de place au temps mort. Au niveau purement littéraire la disparité des thèmes trouve son unité dans une belle utilisation des images poétiques et sans vouloir être chauvin ou « réac. » on peut dire qu’il est bien agréable d’entendre un jeune espoir militer pour la chanson française à texte.

On ressent chez Syan un grand amour pour les mots. Il sait nous le faire partager. On l’accompagne parce qu’il y a derrière lui un travail particulièrement réfléchi, essayé, lissé sous l’œil de l ‘exigence.

Mais il est vrai que cet artiste discret a déjà un petit bout de passé non négligeable, notamment sa participation déjà conséquente sur le dernier album de Aurélie Cabrel (parole et musique) et son passage assez remarqué avec elle, à L’Européen au printemps dernier à Paris.

"Syan", Syan Ed .MusaicMusic – Centre des Ecritures de la Chanson

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.