Accueil > Sarvil l’oublié de la Canebière

Critiques / Festival / Théâtre / Musical

Sarvil l’oublié de la Canebière

par Marie-Laure Atinault

Un nouveau spectacle des Carboni ça ne se rate pas !

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ils nous avaient régalé avec leur réjouissant spectacle Un de la Canebière, succès sur le Festival Off d’Avignon 2010 et succès parisien. Sarvil l’oublié de la Canebière peut se voir sans avoir vu le précédent spectacle mais si vous avez vu Un de la Canebière, vous ne pouvez pas rater ce revigorant et instructif cabaret marseillais.

René Sarvil est connu sans être reconnu, il fut le parolier (entre autre) du grand Vincent Scotto. Sarvil a le sens du mot, de la rime, il a ça dans le sang. Il sait reconnaitre une bonne musique et d’instinct, il trouve les mots qui dansent sur les portées. Avec Vincent Scotto, ils laissent au répertoire des chansons que nous connaissons tous parfois sans le savoir, tel « Le plus Tango du monde » chanté par Tino Rossi, « Venise provençale », « Au pays du soleil » tous ces refrains qui entêtent des générations jusqu’à être dans le cœur des histoires familiales.

René Sarvil n’a pas su bien défendre ses intérêts, et la paternité de ses chansons sont parfois attribués à d’autres. C’est René Sarvil, « Les pescadous, Ouh ! Ouh ! » c’est René Sarvil, et combien d’autres... L’histoire l’a oublié ne retenant que les musiques de Vincent Scotto qui sont des petits chef d’œuvre de mélodie.

Ali Bougheraba, l’un des trois de la canebière des Carboni mène en vrai chef de revue ce Cabaret qui retrace la vie et l’œuvre de Sarvil. Drôle, picaresque, le spectacle est truffé de trouvailles, de clins d’œil. Ni reconstitution laborieuse, ni galéjade, le spectacle est une proposition résolument alerte de la vie de cet homme qui a suivi sa vocation.

Ali Bougheraba est le conteur et l’interprète de René Sarvil, ses allusions contemporaines sont bien amenées pour faire comprendre aux plus jeunes certaines situations. Sa présence charismatique, sa gouaille et son charme dégingandé font de lui l’une des révélations du Festival (pour ceux qui n’ont pas vu Un de la Canebière, les pauvres !).

Au début, le spectacle est présenté comme une proposition de travail à des artistes de comédies musicales actuelles et Benjamin Falletto en obsédé des scènes américaines est inénarrable. Ils sont tous d’un talent fou recréant les ambiances d’un cabaret minable aux plus grandes scènes parisiennes. Ils font passer l’humanité du personnage et tout le parfum d’une époque.

On sort de la salle en chantonnant et pour paraphraser une célèbre chanson l’air triomphant et tout content !

Marie- Laure Atinault

Sarvil l’oublié de la Canebière
Musical Marseillais de Frédéric Muhl-Valentin et Ali Bougheraba
D’après le livre de Georges Crescenzo et Michel Allione

Chorégraphie Martine Hébette,

Chants et arrangements musicaux : Anthony Doux, Cécile Becquerelle, Mathieu Becquerelle, Benjamin Falletto

Au Théâtre des Carmes à 22H15 TEL : 04 90 82 20 47

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

  • Sarvil l’oublié de la Canebière 26 juillet 2011 14:57, par anne

    Erreur : "Ma Tonkinoise" (qui date de 1905. Sarvil avait 4 ans...) est de Christiné, et le spectacle est d’ailleurs clair à cet égard...
    Il est vrai que ce spectacle formidable est tellement riche que des détails peuvent échapper : il faut le voir au moins deux fois (comme moi !)
    Anne

    repondre message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.