Accueil > STOP THE TEMPO

Critiques / Théâtre

STOP THE TEMPO

par Marie-Laure Atinault

La brillante réussite d’un quatuor du Théâtre du Nord à Lille

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Couper l’électricité. Arrêter la musique. Ralentir la fuite du temps juste pour écouter les battements de leur cœur, pour écouter le bruit assourdissant de leur tympan. Stop the tempo est la pièce d’une jeune Roumaine de 33ans, Gianina Carbunariu. Elle appartient à cette génération qui vit dans un monde après la tyrannie de Ceausescu, elle n’a pas connu les tourments de la « Securitate » mais ne connaît pas encore les bienfaits d’un après faussement salvateur du monde capitaliste. Un ouvrier gagne l’équivalent de 70 Euros et un professeur une centaine d’euros.

C’est dans ce contexte que se situe Stop the tempo.
Bucarest. Un jeune homme et deux filles se rencontrent par hasard dans une boite de nuit, sur un mensonge de sauvegarde. Après une nuit d’amour à trois, ils se recherchent, se reniflent. Une seule fille travaille, elle accumule les boulots pour offrir à ses parents ce qu’ils voient à la télé, l’autre est une marginale en révolte constante qui ne croit à rien ni à elle-même sauf au groupe insolite qu’elle forme avec les deux autres, lui est Dj.

Une étrange relation les lie mieux qu’une banale histoire de sexe. Paula, Maria et Rolando décident de débrancher l’électricité dans des boites de nuit, des magasins créant un chaos qui les réjouit.
La mise ne scène de Caroline Mounier est généreuse speedée, haletante. Elle a le même âge que l’auteur, toutes les deux vivent dans un monde en pleine mutation où les dirigeants n’ont pas encore compris, qu’ils ne peuvent plus régir le monde avec des schémas passéistes. Il fallait une structure légère pour imprimer cette sensation d’urgence. La voiture est figurée pas des enceintes, quelques cubes noirs, des petites lampes de poches donnent l’ambiance, simple efficace. Tout va à cent à l’heure sachant ménager quelques pauses avant que le rythme s’emballe. De ce fait, les trois comédiens sont des sprinteurs exceptionnels tous issus l’EPSAD, l’école de comédiens créée par Stuart Seide. La beauté diaphane de Chloé André et son jeu délicat qui donne une ampleur étonnante à la violence, la force de Mounya Boudiaf qui compose une revoltée avec une tête de ” close combattante”et Jonathan Heckel comédien de composition par excellence qui trouve toujours la note juste.

Stop the tempo est un spectacle exemplaire, aucune concession, il révèle le talent fou de ce quatuor, non d’Alexandrie mais de Lille. Lille est, en TGV, à une heure de Paris !

STOP THE TEMPO
De Gianina Carbunariu, mise en scene de Caroline Mounier, avec Chloé André, Mounya Boudiaf, Jonathan Heckel.
Spectacle présenté dans le cadre du Festival Prémices jeune création théâtrale du 12 au 19 avril 2012 au Théâtre du Nord- La Rose des Vents les 13, 16, 17 et 18 avril à La Rose des Vents, Villeneuve d’Ascq
Tél :0320142424

Photo : Frederic Lovinio

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.