Accueil > Petites légendes ordinaires

Critiques / Théâtre

Petites légendes ordinaires

par Jacky Viallon

Concert poétique

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Concert poétique » était un terme inexistant. Le groupe théâtral et musical La Tyrannie des solistes vient de l’inventer pour définir sa démarche. Sur scène, un comédien chanteur et deux instrumentistes. Ce concert de mots et de musiques est à suivre comme une partition. Il ne faut pas y chercher la justification d’un lien ni celle d’une juxtaposition. « Poétique » c’est le mot puisque les textes le sont bel et bien. Ecriture abstraite, à la fois charnelle et incisive. On la doit à Philippe Langard, l’auteur-interprète. Les images sont abondantes et ne se prévalent d’aucune comparaison : c’est strictement personnel et cette identité littéraire appartient exclusivement à son auteur. Ces textes, très différents les uns des autres, ne se raccordent à aucune comparaison.

Amour des mots

C’est tout simplement du Philippe Langard, avec sa chaleureuse personnalité livrée sur le plateau du Théâtre en Rond. L’acteur est attachant, il nous communique son amour des mots. Il les entend bien, se les accapare et a soudainement la générosité de nous les rendre. Alors, il nous les restitue accompagnés de tout l’agrément musical qui vient enrichir cette performance. Malik Richeux au violon et au piano et son pendant, Joël Trolonge à la contrebasse, savent animer les textes avec une habileté et un détachement surprenants. Il y a certainement quelque part un soupçon d’improvisation : on sent peu à peu arriver des envolées et des fantaisies que l’attachement à la rigueur d’une partition ne permettrait pas.

Expérimentations périlleuses

Il faut sans doute appréhender ce spectacle avec légèreté et savoir s’en détacher par instants pour oublier partiellement la musique ou s’abandonner librement aux images évoquées par le texte, en s’écartant d’une traditionnelle écoute. On songe alors, si on se permettait une légère remarque, que quelques petits moments de rupture seraient sans doute les bienvenus.
Saluons au passage la prise de risques du Théâtre en Rond de Toulouse qui programme ce genre d’expérimentations périlleuses. Ce lieu est apparemment récompensé pour ses tentatives, si l’on en juge par la fréquentation assidue. Sa chaleureuse convivialité attire et disperse le public sur une éclectique programmation. Comme pour bons nombres de structures culturelles sur Toulouse il y a une sorte de volonté pédagogique de vouloir enrichir le public à l’aide d’une généreuse variété de propositions.

Petites légendes ordinaires, conçu et réalisé par La Tyrannie des solistes, avec Philippe Lanjard (voix et textes), Malik Richeux (piano et violon), Joel Trolonge (contrebasse). Présenté au Théâtre en Rond, à Toulouse. Tournée en prévision. Renseignements : 06 09 98 13 86. philippelanjard free.fr

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.