Accueil > Alfred le fabuliste

Critiques / Festival / Théâtre

Alfred le fabuliste

par Jacky Viallon

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour nous accueillir, une scène improvisée dans une cave voutée dont l’époque est difficile à définir puisqu’elle est agréablement rénovée. Un espace scénique propose une sorte de tréteaux de foire présentant quelques accessoires dont on peut faire l’inventaire dans l’attente du conteur.
Ce dernier ne tarde pas et nous rejoint par la salle en descendant les escaliers. Il porte le costume des colporteurs de l’époque et vient à nous en chantant, voire en grommelant et riant d’une belle et franche humeur. Nous sommes alors interpellés par la stature et la voix abyssale de ce personnage de légende qui nous vient tout droit de l’univers du 14° siècle. C’est que, bigre de bigre, le lascar va nous « dégoiser » les fables, version Esope et revisitée au 14° siècle que La Fontaine reprendra un peu plus tard. On va alors entendre le langage de nos ancêtres et approcher la phonétique et l’acoustique perçues à cette époque.
C’est beau à entendre, et malgré la distance qui nous sépare de cette élocution du passé nous en saisissons intuitivement le contenu.
Pour faciliter la compréhension Philippe Klein s’accompagne de petits personnages ou de petits éléments scéniques permettant une traduction visuelle des fables. C’est minimaliste mais efficace. L’acteur est soutenu par le regard vigilant du metteur en scène et dramaturge Aloual qui apporte son œil contemporain et qui sait modérer l’ensemble.
Alors on se laisse bercer par la beauté brute de cette langue gutturale, on croit y entendre l’écho de notre passé. Ce spectacle est un retour à nos sources, il nous semble vivifiant et nécessaire.


Alfred le fabuliste avec Philippe Klein, mise en scène : Alain Aloual Dumazel Avignon Off jusqu’au 28 Juillet à 16 H 45 Les Ateliers d’Amphoux

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.