Accueil > Marc Sarrazy & Laurent Rochelle : Intranquilités

Critiques / Musique

Marc Sarrazy & Laurent Rochelle : Intranquilités

par Antoine Leclaire

A la découverte de nouveaux sons sur la planète jazz…

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Avec Intranquilités (label Linoléum), Marc Sarrazy et Laurent Rochelle déroulent sur des titres comme Syndrome de la mouche l’originalité de leur univers musical. Les sonorités magmatiques défient les catégories, les genres et les habitudes. La clarinette de Rochelle semble rebondir sur les notes du piano de Sarrazy tel un animal insulaire encore inconnu….

Un parcours inclassable dans les nouvelles musiques

Marc Sarrazy est issu d’une formation classique qui se transformera en un ensemble jazz hybride moins conventionnel. En 2003, alors qu’il est associé depuis trois ans avec le trompettiste autrichien Paul Schwingenschlogl, le contrebassiste berlinois Jan Roder et le batteur Dieter Arnold les rejoignent pour former le Marc Sarrazy quartet.

La formation se lance dans des compositions innovantes tout comme des reprises de grand classiques du genre. Deux CD (dont Louis XIV love’s trance, label Rucilo records) et de nombreux concerts plus tard facililent des rencontres électives comme celle du violoniste russe Alexeï Aigui avec qui il tournera en Russie en compagnie de pionniers du jazz moderne comme de l’électro russe (Sergey Letov, Vladislav Makarov, Alexeï Borisov du groupe Notchoï prospekt…).

Riche de ces expériences au coeur de continents musicaux encore méconnus, Marc Sarrazy se consacre à son duo avec Laurent Rochelle tout en continuant, en marge de sa musique, à écrire des livres faisant le point sur les courants jazz émergents (à paraître : Le jazz et les nouvelles musiques russes).

Une ballade au bord d’un volcan

Tel pourrait-être le deuxième titre de l’album, Intranquilités. Les deux complices vous invitent à une ballade mouvementée où l’on passerait du tout au tout : les morceaux passent de la jungle au calme d’un bord de mer, de l’intime au chaotique. Ce n’est pas pour rien si ce lexique et cette esthétique du magma, du brûlot, reviennent comme un leitmotiv dans tout ce qui s’écrit sur ce disque ; c’est qu’il s’agit tout bonnement d’une bombe prête à exploser et à libérer une flopée de bruits et rythmes venant d’on ne sais où et dont seul les deux musiciens ont la maîtrise.

Mention spéciale pour monsieur Rochelle

Le gaillard touche à tout manie sa clarinette libérant toutes les possibilités, sons secs, étouffés, court ou long… . Les instruments semblent se suffirent à eux-mêmes, comme s’ils dialoguaient et n’avaient nullement besoin d’être accompagné par quelques chants, batterie ou autre ajout superflus. Ils discutent et nous font entendre leurs émotions, leurs point de vue sur une énergie qu’ils transmettent sans jamais se relâcher ni trop en faire. On peut au passage apprécier la virtuosité du pianiste. A l’instar du quatrième morceau, Cyclotimic girl à la course rythmique qui compte autant d’allures que de thèmes.

Intranquilités paru chez le label Linoleum, février 2008 - 10€. Distribution : Musea-musicast, improjazz.

Concerts
Le Marc Sarrazy Quartet le 24 juillet 2008 à 20h à l’uzine autre sens (Mazères sur Sarlat, 31).
Sarrazy/Rochelle en duo, du 17 au 21 juillet 2008 à la Cave poésie (Toulouse, 31).

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.