Accueil > Littoral

Critiques / Théâtre

Littoral

par Marie-Laure Atinault

Son père sur son dos

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Littoral fait partie des spectacles légendaires. La pièce de Wajdi Mouawad, le plus libanais des francophones québécois, présentée au festival d’Avignon en 1998, est ancrée dans les mémoires des spectateurs. La mise en scène de l’auteur, l’accent des comédiens québécois, le périple tragico-comique avaient créé un véritable événement avignonnais. Magali Léris est tombée amoureuse de ce texte. Littoral est pour elle une pièce miroir, une pièce rêvée, la pièce qu’elle aurait pu écrire tant elle lui ressemble. Le héros de Littoral est Wilfrid, un jeune homme qui apprend en pleine nuit, alors qu’il fait l’amour, que son père est mort. Un père qu’il n’a jamais connu. Wilfrid est Québécois mais ses origines sont au bord de la Méditerranée. Il décide d’ensevelir son père dans son village natal. Voyager avec une dépouille comme bagage n’est pas une expédition d’agrément. Surtout, Wilfrid découvre que le pays de ses parents ne ressemble qu’en apparence aux dépliants touristiques.
Le pays est ravagé par une guerre intestine. Wilfrid porte son père sur son dos. On porte toujours nos origines sur soi. Il rencontre des êtres malmenés par la guerre et la vie. Dieu, qu’il est difficile d’enterrer tranquillement son père. Wilfrid converse avec son père, avec son héros d’enfance, un chevalier fougueux.

La légèreté d’un bateleur, le sérieux d’un philosophe

Wajdi Mouawad est un jongleur. Il lance les flambeaux, des questions existentielles avec la légèreté d’un bateleur, avec le sérieux d’un philosophe, avec élégance. Il mélange les genres, les états, fait se télescoper les mondes imaginaires et rêvés. Le chevalier ferraille, le père philosophe et un cinéaste inspiré filme le tout.
Magali Léris a saisi la gravité légère de l’écriture dense et drôle de Mouawad. Les comédiens sont constamment en alerte sur le plateau, virevoltants d’un rôle à l’autre. Les voilages de la scène sont soulevés par le vent du large. Jean-Marie Galey est ce père mort, assez bavard et contestataire. Il est formidable, insaisissable et encombrant. Jean-Marie Galey trouve ici son meilleur rôle. Son interprétation, toute en poésie, répond merveilleusement à celle de Marc Citti, chevalier ferraillant et au cinéaste new-age, aussi drôle l’un que l’autre. Renaud Bécard est Wilfrid, un jeune bousculé dans sa vie et qui se pose cette question primordiale que nous nous poserons (hélas) tous un jour : c’était la première fois que je perdais mon père et comment savoir quelle attitude adopter ? Réponse dans Littoral.

Littoral, de Wajdi Mouawad. Mise en scène : Magali Léris. Avec Renaud Bécard, Eddie Chignara, Marc Citti, Jean-Marie Galey. Théâtre des Quartiers d’Ivry. Tél. : 01.43.90.11.11. Jusqu’au 2 février.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.