Accueil > Les Ephémères

Critiques / Théâtre

Les Ephémères

par Jacky Viallon

Dommage que la vie soit si courte même si elle est triste

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

…Les Ephèmères ? …Les Ephémères ? Joli mot à résonance de vie d’insecte ! Serions-nous de cet ordre-là ? Qu’importe, puisque le mot est joli ! Il est très beau à l’écoute, cet « Ephémère » le mot est beau et à la fois mélancolique. On entend derrière son écho, au lointain, comme un aphorisme qui se distille à haute voix à travers cet énoncé possible : « Dommage que la vie soit si courte même si elle est triste… » C’est peut— être ce que nous donne à penser en pâture dans l’arène de son Théâtre-Soleil, Ariane Mnouchkine Mnouchkine.

Elle nous laisse glisser sous le nez des petites tranches de vie qu’elle nous sauve amicalement et admirablement de la carcasse de la boîte à destin.

Car ces vies, qui nous tombent dessus toutes rôties, glissent devant nous au sens propre comme au sens figuré. Elles se déroulent, silencieuses et lisses ou parfois bruyantes et agitées selon que ce destin les efface de l’écran de nos mauvais rêves ou qu’elles nous entraînent dans une lenteur tracée afin d’y retenir une des formes plus ou moins factice du bonheur..

Pour ce faire sur le plan technique chaque scène est dressée sur un plateau circulaire sur lequel est installé avec le plus grand souci de réalisme un décor raffiné ciselé du plus fin détail.

Chaque élément est déplacé par des comédiens qui glissent au sol, soutenus par un semblant de chorégraphie, laquelle nous fait oublier le mécanisme humain et nous rapproche en quelque sorte de la dimension éphémère de quelques insectes rampants. On accepte très vite la convention.

Il y a une douce provocation qui consiste à nous exposer, d’une part, des êtres qui ratent toujours une partie de leur existence et d’autre part grâce à un décalage imperceptible dû à un habile contexte scénique à nous inciter à toute une vigilance critique et évidemment distanciée. C’est ce que l’on pourrait appeler (Ariane ne vous en déplaise ! Veuillez accepter ce clin d’oeil en direction de Brecht) ! l’efficacité de la Démonstration. Ainsi cette dernière exempte de tout artifice nous offre une fois de plus un développement théâtral des plus efficace. Merci une fois de plus Ariane, l’Histoire du Théâtre vous le rendra.

Les Ephémères, mise en scène Ariane Mnouchkine. Tournées : Quimper en Mai 07 – Athénes en Juin 07 – Juillet 07 Festival d’Avignon à partir du 14 Juillet. Rens : 01 43 74 24 08

Photos : Michèle Laurent

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.