Accueil > Léo et Lui de Jean Pétrement

Critiques / Théâtre

Léo et Lui de Jean Pétrement

par Gilles Costaz

Un poète et deux souffles

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Si l’on aime Léo Ferré, on ne peut l’aimer de façon tiède et cela peut mener à des constructions d’hommage tout à fait inattendues, comme ce Léo et Lui, conçu par Jean Pétrement. Tous les textes, à quelques lignes près, et toute la musique sont de Ferré, mais ce qui est mis en place, ce qui se déroule devant nos yeux est un véritable scénario de Pétrement. Autour d’un bureau et d’un piano, un père et un fils suivent leurs pensées d’auteur et de musicien. Le premier a La Mémoire et la Mer dans la tête, le second cherche une inspiration qui le fuit. Le père met sur l’établi le génie de Ferré et tous deux s’envolent dans les créations du poète. L’homme qui n’est plus jeune dit des textes. Celui qui est en pleine jeunesse s’empare des chansons, leur donne des assonances d’aujourd’hui et les interprète. L’on n’est donc pas dans un récitl mais un moment de théâtre où la chanson entre et se sent chez elle.
Ce n’est pas le Ferré le plus connu qui est ici repris et transféré dans l’éclat d’aujourd’hui. Les œuvres citées et chantées viennent des Chants de la fureur et de divers entretiens où le grand anarchiste flagellait tout ce qui l’insupportait. Mais l’’ensemble reste plutôt tendre, avec tant d’amour sous l’écorchure et la colère ! Comme un éternel romantique en veste noire, Jean Pétrement est un acteur au jeu très sensible, à la diction musicale, un promeneur qui parcourt, comme en s’égarant et en s’émerveillant, la beauté du monde de Ferré. Léonard Stéfanica, lui, ôte sa chemise et, en marcel, les épaules nues, livre un combat heureux avec les partitions de la douceur et de la rage : la voix et les arrangements sonnent fort, sonnent neuf. La mise en scène de Lucile Pétrement est toute en notes délicates, noires, blanches et croches. Comme la mémoire, comme la mer, Ferré est à saisir en des vagues multiples. Léonard Stéfanica et Jean Pétrement s’y sont plongés et leurs deux souffles composent une fort belle traversée où les nageurs s’accordent à jouer parfaitement l’assemblage et la différence.

Léo et Lui d’après Les Chants de la fureur de Léo Ferré, adaptation de Jean Pétrement, mise en scène de Lucile Pétrement, lumière et son de Luc Degassart, scénographie de Pascale Linderme, avec Jean Pétrement et Léonard Stéfanica.

Avignon Off, théâtre des Corps saints, 11 h 40, tél. : 04 90 16 07 50, jusqu’au 29 juillet. (durée : 1 h 10).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.