Accueil > Le Canard à l’orange

Critiques / Comédie & Humour

Le Canard à l’orange

par Stéphane Bugat

L’amant trompé

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La pièce du très honorable William Douglas Home, adaptée par Marc-Gilbert Sauvajon, passe avec brio le cap de la trentaine (elle a été créée à Paris en 1971). Les répliques les plus enlevées n’ont rien perdu de leur causticité et la mise en scène de Gérard Caillaud relève du cousu main. Pour compléter le tableau, Gérard Rinaldi apporte une élégance teintée de cynisme qui convient au personnage principal.

Hugh Preston, donc, animateur d’une émission humoristique sur la BBC, se fait confirmer son infortune conjugale par sa femme. Celle-ci en profite pour lui annoncer qu’elle va vivre avec son amant, banquier fortuné et séducteur avéré. Loin de sombrer dans le désespoir, Hugh imagine un stratagème pour récupérer son épouse et surtout, pour laver l’affront. Inviter son rival et, par la même occasion, son avenante secrétaire, pour un week-end sur le thème de la confusion des couples. C’est évidemment le moyen de provoquer la jalousie de celle qui ne saurait oublier aussi cavalièrement qu’elle est d’abord Mme Preston.
Cette pièce est probablement l’archétype de ce que le théâtre de boulevard peut produire de plaisant et de roublard. Une situation insolite en apparence mais au final, bien entendu, le triomphe des conventions. Certes, Grace de Capitani (Liz Preston) abuse un peu des minauderies. Il est dommage que Jean-Marie Lamour fasse de l’amant un niais de la plus fringante espèce. Marion Posta, indépendamment de sa plastique spectaculaire, apporte à la secrétaire finesse et opportunisme. Quant à Colette Maire, dans le rôle de la gouvernante témoin de scènes dont elle ne comprend rien, elle est tonitruante à souhait. Surtout, au centre du jeu, Gérard Rinaldi, lui, est impérial. On se régale.

De William Douglas Home, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Gérard Caillaud, avec Gérard Rinaldi, Grace de Capitani, Marion Posta, Colette Maire et Jean-Marie Lamour. Théâtre de la Michodière. Tél : 01 47 42 96 77.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

  • > Le Canard à l’orange 26 mars 2005 09:26, par Laulergue

    Je confirme, après avoir vu cette pièce hier au soir, la grande maitrise de Rinaldi dans son interprétation d’une exceptionnelle qualité ; par contre, on ne peut que regetter d’avoir choisi Grace de Capitani qui "bétifie" à l’extrême, ...sans avoir besoin de se forcer..., et qui pourrait à tout le moins hausser le ton de sa voix pour ne pas faire manquer aux spectateurs dépassant le 5° rang le sel des répliques que j’aurai, pour ma part, aimé entendre de la bouche par exemple d’Elisa Servier !!!

    repondre message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.