Accueil > La star des oublis d’Ivane Daoudi

Critiques / Festival / Théâtre

La star des oublis d’Ivane Daoudi

par Marie-Laure Atinault

Un voyage sulfureux

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’obscurité est totale. Deux voix de femmes émergent. L’une a la tonalité rocailleuse d’une fumeuse, la seconde a des traces d’enfance dans la douceur et ses hésitations. Petit à petit un halo de lumière dévoile les contours de ces deux femmes qui viennent de se rencontrer. Dehors il pleut. La pluie glace les rues. Les deux femmes ont conscience qu’elles viennent de se trouver, de se retrouver pour un nouveau voyage. Elles veulent partir, loin pour un voyage rêvé, inventé, fantasmé. Un voyage de cinéma, de roman noir dont elles seraient les stars. Ada, la voluptueuse, est prête à tous les excès. Violente, sensuelle, elle est la star des péchés. Cherry, serait-elle un fruit défendu, un fruit amer qui, consommé en trop grande quantité devient un poison. Elle est la star des oublis. Elle recherche l’ivresse de l’inédit, de l’interdit. Sans cesse Ada et Cherry se racontent leur voyage. Dès quelles apparaissent, tout est suspendu, tout s’arrête autour d’elles pour mieux les admirer. Dans le train ou sur le bateau, tous et toutes les observent, les espèrent. La Madone des sleepings, et la muse de l’Orient Express suivent un périple, un voyage loin de la pluie qui les mène vers Shanghai. Vont-elles rencontrer Lili Shanghai alias Marlène Dietrich ? Vont-elles trouver l’amour ou la mort ?

Jean-Damien Barbin dirige d’une main de maitre deux belles comédiennes, Daphné Barbin et Alexandra Cahen. Le jeu de séduction commence par deux voix dans la nuit, pour se muer en une ballade dangereuse aux confins du désir et de l’absolu. La scénographie de Fabien Teigné concentre tout autour d’un meuble modulable. Noir laqué et rouge, entre boite magique et boite de Pandore, tenant du paravent et de l’éventail, le meuble devenu escalier permet le crescendo de l’histoire étrange de la Star des oublis.

Daphné Barbin, Cherry dangereuse comme un scorpion et Alexandra Cahen, ingénue comme une empoisonneuse, nous entrainent dans ce voyage étrange et beau comme un film noir. Les lumières du talentueux Hervé Couderc nous plongent dans le climat, nimbant les comédiennes de mille petites étoiles.

Marie- Laure Atinault

Mise en scène de Jean-Damien Barbin, avec Daphné Barbin et Alexandra Cahen

A Avignon Théâtre La Luna à 12H35 Tél : 04 90 86 96 28

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.