Accueil > La Salle de Bain

Critiques / Comédie & Humour

La Salle de Bain

par Marie-Laure Atinault

Une comédie rafraîchissante qui ne manque pas de sel…..de bain

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Loulou a trente ans aujourd’hui. Un événement qui la plonge dans la plus parfaite perplexité. Bien sûr la femme de trente ans du XXIème siècle n’est plus celle de Balzac. Lou est une jeune femme belle, célibataire, indépendante et parfois très seule le soir. Seule le soir mais quel luxe s’écrie Marie sa meilleure amie ! Quand Marie rentre du boulot pour nourrir sa nichée affamée et qu’elle contemple son mari, elle aimerait tellement être célibataire et avoir une flopée d’amants. La mère de Lou est très excitée par cette fête que sa fille boude un peu. Ah quel bonheur, si sa fille chérie pouvait se marier. Le rêve de toute mère étant le mariage de leur fille. Malgré Mai 68, le vieux schéma du mâle protecteur a encore de beaux jours devant lui.
Lou reste dans sa salle de bains entre essayages de tenues affriolantes pour se rassurer qu’elle est toujours belle, et écouter les confidences et les imprécations de ses amies. Quelle idée saugrenue de faire une fête pour passer le cap de la troisième dizaine. Quel modèle suivre, celui de la femme au foyer que dénigre Marie, celui de la femme mec comme Ange et certainement pas celui de Coco qui du haut de ses vingt ans est profondément agaçante et tellement mignonne. Et l’homme dans tout ça ? Où est-il ? A-t-il perdu l’usage de la parole ? Va-t-il rester toute la soirée dans un tunnel puisque son portable ne répond pas. Le boudoir du XVIIIème siècle est la salle de bain du XXIème. Mais le centre d’intérêt est bien le même : l’homme que l’on veut conquérir et garder !
La pièce écrite sur mesure par Astrid Veillon pour ce huis clos sanitaire est un oratorio pour cinq voix. Cinq ans après sa création le tandem Dravel-Macé propose une nouvelle mise en scène de ces confidences aquatiques. Il tire le meilleur parti de cette pièce, certes sympathique mais qui n’apporte rien de nouveau et qui n’échappe à aucun cliché. Ces instantanés de la vie trouvent forcément des échos dans nos souvenirs. Deux comédiennes donnent au spectacle du relief et une véritable impulsion, Katia Tchenko dans le rôle de la mère est pétulante à souhait, elle entraine une bonne humeur communicative, et Valentine Féau est la mère à bout de course. Cette comédienne donne à son rôle de working girl-épouse désabusée, beaucoup de sensibilité et sa scène de soûlographie la rend séduisante en diable. Ces deux comédiennes méritent le siphon d’or.

La salle de bain
Une comédie d’Astrid Veillon
Mise en scène de Jean- Pierre Dravel et Olivier Macé
Avec Katia Tchenko, Caroline Bourg, Valentine Féau, Fabienne Mahé, Lilly-Fleur Pointeaux
Théâtre Rive Gauche Tél : 01 43 35 32 31

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.