Accueil > La Fonction de l’orgasme d’après Wilhelm Reich

Critiques / Théâtre

La Fonction de l’orgasme d’après Wilhelm Reich

par Gilles Costaz

L’urgence du plaisir

Partager l'article :

Les temps changent. En mai 68 et dans les années 70, les écrits du psychanalyste autrichien Wilhelm Reich, étaient pris pour des armes offensives contre la morale bourgeoise, pour des arguments pour la liberté sexuelle et n’étaient commentés qu’avec bruit et fureur. Le spectacle de la compagnie Jabberwock est tout le contraire. C’est en douceur et en délicatesse qu’il nous invite à revenir à la pensée de Reich et à cette harmonie quotidienne que donne, selon lui, le plaisir à son acmé.
Paillard ? Scandaleux ? Indécent ? Plutôt scientifique. Constance Larrieu, en compagnie de ses camarades invisibles (Didier Girauldon et Jonata Michel), conte sa propre découverte du livre de Wilhelm Reich. Elle n’avait pas envie de lire cet ouvrage, elle l’ouvre et le dévore. Elle se montre, filmée en noir et blanc, en train d’explorer les thèses reichiennes et partant à la recherche de preuves et d’éléments parallèles. Elle interviewe une sexologue, fait défiler des graphiques et des images d’anciennes actualités. Elle joue avec ces baudruches qui peuvent prendre des formes phalliques. Et finit, armée d’une sorte d’épée lumineuse qui tient des tableaux sur saint Georges terrassant le dragon et des scènes de La Guerre des étoiles. Mais rien n’est asséné ou provocateur. L’ironie est douce, mutine et maline. S’il y a de la provocation, elle est très légère. Constance Larrieu, seule en scène, comme aérienne, secoue les conformismes avec grâce, ce qui est charmant et peu banal.

La Fonction de l’orgasme, une recherche théâtrale de Didier Girouldon, Constance Larrieu et Jonathan Michel sur une idée de Constance Larrieu inspirée par les écrits de Wilhelm Reich, mise en scène de Didier Girauldon et Constance Larrieu, collaboration artistique et vidéo de Jonathan Michel, création sonore et musicale de David Bichindaritz, lumière de Stéphane Larose, costume de Fanny Brouste. Un spectacle de la compagnie Jabberwock.

Théâtre de la Reine blanche 20 h 45, tél. : 01 42 05 47 31, jusqu’au 17 mai. (Durée : 1 h 15).

Photo Jonathan Michel.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.