Accueil > La Bible... de Céline Champinot

Critiques / Théâtre

La Bible... de Céline Champinot

par Gilles Costaz

L’histoire du monde racontée par des scouts androïdes

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La jeune auteure-metteur en scène Céline Champinot aime les paroles explosives et les plateaux croulant sous des objets hétéroclites et des décors bricolés. Après Vivipares (posthume), brève histoire de l’humanité, voici La Bible, vaste entreprise de colonisation d’une planète habitable. Sur une scène encombrée, surplombée par des filins, des slogans et des étendards, entre un tumulus qui ressemble à une fusée créée par des enfants de dix ans et un enchevêtrements de mâts, cinq jeunes filles scout se démènent dans une série de combats obscurs. Elles en veulent au ciel, aux récits de la Bible, mais, coiffées de casques, portant des gadgets, zébrées de symboles divers, elles sont autant dans l’Antiquité et le siècle des Croisades que dans le temps d’aujourd’hui et le futurisme de La Guerre des étoiles. « Tout ici joue avec les mythes et les gadgets, comme dans un chantier d’ados qui s’emparent de tous leurs jouets pour les remonter dans une forme contraire. Le dialogue n’est pas toujours très clair, sauf le très beau passage sur la place des murs dans les Etats qui se protègent par la fermeture des frontières. Mais, les actrices, Maëva Husband, Élise Marie, Sabine Moindrot, Claire Rappin et Adrienne Winling, ont la vitalité débordante du texte. Elles sont de formidables androïdes ! C’est d’un baroque style « transformers » - les structures de plastique qui stimulent l’habileté des enfants actuels - , mais le jonglage est faussement gratuit. Il y a un vrai regard sur l’Histoire et sur le monde, avec le thème des migrants en leit-motiv, chez Céline Champinot et cette allégresse contagieuse d’un certain art moderne qui utilise le trop plein pour mieux dénoncer notre asservissement aux choses et aux clichés. « La guerre est à peine commencée », disent les actrices à la dernière seconde, après n’avoir parlé que de conflits. Ce pessimisme sait trouver une expression tout à fait joyeuse !

La Bible, vaste entreprise de colonisation d’une planète habitable, de et mis en scène par Céline Champinot, avec Maëva Husband, Élise Marie, Sabine Moindrot, Claire Rappin et Adrienne Winling.

Théâtre de la Bastille, 19h, tél. : 01 43 57 42 14, jusqu’au 8 décembre. (Durée : 1 h 35).

Photo Vincent Arbelet.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.