Accueil > L’Ombre d’Alma Brami

Critiques / Théâtre

L’Ombre d’Alma Brami

par Gilles Costaz

Une épouse exemplaire

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est le jour du poulet, de la volaille qui va lentement cuire au four. Sur scène, il n’y a qu’une ménagère dans sa robe rouge orangé, une cuisinière à gaz et un poulet prêt à la cuisson. La femme est une épouse exemplaire. Du moins, on le croira un certain temps. Elle prépare le repas de son mari, en parlant de lui, de « mon Georges » comme le centre absolu de sa vie. Mais, au fil du monologue, le mari ne semble pas avoir la perfection proclamée. Ses petites manies respirent l’ennui, ses ébats au lit ne sont pas transcendentaux, sa fidélité a peut-être des failles. Et l’épouse n’est pas plongée dans une vie aussi exaltante qu’elle le proclamait au premier moment de la cuisson du poulet. Elle n’est d’ailleurs pas tout à fait insensible aux propos caressants de l’épicier d’à côté. Quand le poulet sera bien doré, les pensées de la femme mariée et la situation du couple légitime auront peut-être changé de cap.
Il y a une « ombre » dans cette existence. Alma Brami la fait apparaître peu à peu dans ce monologue qui traite partiellement de l’ennui mais ne procure pas - bien heureusement - cette torpeur que communiquent tant de soliloques théâtraux. Comme un bon plat, c’est fait à coups d’épices et de petites piques. La mise en scène de Dimitri Rataud, d’une simplicité exemplaire, reste au cœur de la parole, évite les événements extérieurs et fait sourdre du jeu la vérité humaine et la drôlerie de ce sur place. La comédienne Dédeine Volk-Leonovitch porte cette heure de confession parfois crue et pourtant bien cuite avec une quotidienneté parfaitement photographiée et teintée d’une ironie miroitante qui lui permet d’aller au-delà du pur réalisme. On peut penser à Octave Mirbeau ou à Dario Fo. Cuit et saignant à la fois, c’est délectable.

L’Ombre d’Alma Brami, mise en scène de Dimitri Rataud, assistanat de Marine Rosse, scénographie d’Estelle Eghnart, costumes de Stéphanie Vaillant, avec Dédeine Volk-Leonovitch.

Gymnase, studio Marie Bell, 20h h 30 le mercredi, 19 h le jeudi, tél. : 01 42 46 79 79, jusqu’à la fin avril. (Durée : 1 h 10).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.