Accueil > Jean-Louis XIV de Nicolas Lumbreras

Critiques / Théâtre

Jean-Louis XIV de Nicolas Lumbreras

par Gilles Costaz

Les frasques de sa Majesté

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Les rois sont souvent plus célèbres pour leurs frasques que pour l’exercice du pouvoir. Trois siècles après, la joyeuse bande qui s’est installée aux Béliers parisiens rit encore de la liaison de Louis XIV avec la Montespan. Le lit qui occupe le centre de la scène se transforme en auberge ou en carrosse mais c’est avant tout un lit où s’étreignent le monarque et sa favorite. La couche où nous les surprenons est d’abord celle du château de Versailles puis, le couple cherchant la discrétion, le deuxième lit de l’adultère royal est celui d’un hôtel situé hors des routes balisées, à Fontenay-Saint-Père, près de Mantes-la-Jolie. L’hôtel se révèle être une boîte gay, très tolérante, mais l’épouse espagnole du roi et quelques ambitieux de Versailles sont sur les traces des fuyards et parviennent aussi à la maison de rendez-vous. Comme chez Feydeau, nos illustres débauchés sont cesse obligés d’interrompre leurs ébats. Le coïtus de sa Majesté et sa maîtresse est constamment interruptus…
Nicolas Lumbreras détourne gaillardement l’histoire de France. Ses blagues sont énormes mais son type de comédie revendique les libertés et l’irrespect de la farce. Même à l’intérieur de plaisanteries qui relèvent de la vieille mise en boîte gauloise il fait preuve de beaucoup d’invention et d’un art permanent du jeu de mots. Si la soirée est d’une drôlerie si communicative, c’est que tout est admirablement enlevé et huilé. Le décor se transforme en une fraction de seconde, les acteurs sont bondissants et chantent pour la plupart avec une grande justesse vocale. Escorté de Constance Carrelet (Mme de Montespan), Serge Da Silva joue un Jean-Louis XIV – on ne vous révèlera pas ce que cache ce nom mystérieux – avec un entrain de grand burlesque. Emmanuelle Bougerol est une époustouflante Marie-Thérèse d’Autriche, côté jeu comme côté chant. Même l’auteur est à la parade avec Benjamin Gauthier et Benoît Moret. L’expression « rire à gorge déployée » n’est pas inexacte lorsqu’on assiste au spectacle de ces bouffons si méticuleux dans leurs délirants déchaînements.

Jean-Louis XIV, « une comédie boulevardo-musicalo-royaliste », écrite et mise scène en scène par Nicolas Lumbreras, collaboration à la mise en scène de Delphine Piard, décors de Juliette Azzopardi, costumes de Chloé Boutry, perruques d’Irina Dyakonova, collaboration musicale de Raphaël Alazraki, lumières d’Arthur Gauvin, avec Emmanuelle Bougerol, Constance Carrelet, Serge Da Silva, Benjamin Gauthier, Nicolas Lumbreras, Benoît Moret.

Théâtre des Béliers parisiens, 21 h, tél. : 01 42 62 35 00. (Durée : 1 h 20).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.