Accueil > Je suis le père de tout le monde de Catherine Schaub

Critiques / Comédie & Humour / Festival

Je suis le père de tout le monde de Catherine Schaub

par Marie-Laure Atinault

Une équation infernale : 7 enfants, 4 femmes, mais 8 plus 5 ?

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il n’y peut rien c’est une fatalité, c’est un amoureux. Michel aime les femmes, grandes, petites, blondes ou brunes. Il appartient au genre séducteur malgré lui, dans la catégorie j’épouse et je fais des enfants. Il n’y peut rien, c’est sa nature !

Michel est le père comblé de sept enfants…..Bientôt huit. Qui n’ont pas tous la même mère. Il doit se livrer à une gymnastique intellectuelle et hautement physique pour jongler entre les emplois du temps, les gardes alternées, les écoles différentes, les humeurs de ses ex, les nouveaux compagnons, les nouveaux enfants et puis arrive une date fatidique : Noël.

Comment faire, pour faire plaisir à sa mère à lui, à ses enfants, à sa femme actuelle, et à lui. Plus fort que le plan Orsec, plus malin que bison futé, plus stratège que Jules César, Michel Paolini organise un Noël en Corse pour tout le monde. Impossible, objectent les futurs spectateurs dubitatifs !

Si vous voulez connaitre le secret de Michel Paolini, vous savez ce qui vous reste à faire. Cet homme est le roi du Koh Lanta urbain et de la famille recomposée.

Michel Scotto di Carlo interprète entre bonheur et frénésie le rôle de cet homme victime de son cœur et de sa générosité. Catherine Schaub a écrit sur mesure cette pièce autobiographique pour son compagnon. Un constat plein d’humour sur une nouvelle façon de concevoir la vie de famille, un texte ancré dans notre époque. Drôle, plein de tendresse pour cet homme dépassé par sa propre vie, le texte fait la part belle à la recherche du bonheur. La mise en scène de l’auteur est ponctuée de jolis moments sur une balançoire. Tout est juste, ciselé délicatement.

La puissance d’évocation du jeu de Michel Scotto di Carlo nous fait oublier qu’il est seul en scène. Certaines scènes sont inénarrables comme le jeu des sept familles, (qui apparemment sera bientôt interdit par la loi), la commande internet de billet de train et là croyez moi, on partage à cent pour cent la colère de Michel et en apothéose le réveillon de Noël, à déguster !!!

L’arbre généalogique de la progéniture de Michel est digne de certaines familles royales et encore le pauvre n’a pas encore réalisé que ses enfants à leur tour se marierons une fois, deux fois, etc. Mais pour l’heure il faut le laisser tout à son bonheur d’être à nouveau Papa. Michel est le père de tout le monde, cela va de soi puisqu’il est d’un charme fou.

Marie- Laure Atinault

Écrit et mise en scène de Catherine Schaub, avec Michel Scotto di Carlo

Au Théâtre du Roi René à 17H20 Tél : 06 15 49 79 06

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.