Accueil > Il fait beau … plusieurs fois par jour de et par Eric Prat

Critiques / Théâtre

Il fait beau … plusieurs fois par jour de et par Eric Prat

par Caroline Alexander

Le tsunami d’une vie de théâtre

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il déboule sur la scène comme un caillou jeté à la mer. Chemise blanche ouverte au vent, crin grisonnant en pétard, il pirouette et tourbillonne à la façon une toupie, cherche refuge dans un halo de lumière : « Sous moi donc cette troupe s’avance… ». Les bras en croix, la voix illuminée, l’alexandrin rythmé…, il entame la tirade fameuse de l’acte IV du Cid de Corneille, classique des classiques, véritable dictionnaire de citations…

Rodrigue, vraiment ? Il n’en n’a plus l’âge, ni le physique. Pas vraiment une rondeur, ni même un père noble, un comédien entre deux âges à l’emploi incertain … C’est le sujet de son show justement ou plutôt de sa confession de cabotin quinquagénaire vif argent. Eric Prat alias Remy Kerdreux, pur produit de Bretagne est né à Crozon Morgat dans le Finistère, là où, entre les bourrasques « Il fait beau… plusieurs fois par jour ». Comédien il cachetonne pour gagner sa croute … Pourquoi pas le Cid lors d’une tournée ? Il en a tant rêvé

« Nous partîmes cinq cents mais par un prompt renfort… ». Il arrive au port lui aussi mais tout seul avec ses souvenirs, sa vie qui se déroule comme une pelote de laine. Premières amours à la plage et dans les rochers qui la surplombent, il devient petite fille timide tandis que la marée envoie des bourrasques d’eau salée et décoiffe le gamin qu’il était, le collège, les premiers cours de théâtre, les auditions pour être admis dans les conservatoires, Versailles et puis Paris, le saint des saints. Des plaisirs et des regrets : ne pas avoir joué les premiers rôles mythiques, Don Juan ou Hamlet, ne pas avoir tracé au cinéma la lettre Z pour Zorro… Et le trac incontournable qui se déguise en indigestion pour avoir, sans y réfléchir, englouti un
Pan-bagnat avant la représentation, une nourriture incompatible avec les voies digestives d’un Breton…

Remonté tel un jouet mécanique

Eric Prat, mis en chantier ou plutôt remonté tel un jouet mécanique par Jean-Luc Porraz, fait le tour de son métier et sa vie de comédien, s’accrochant aux projecteurs qui balaient la scène vide et au bon vieux Corneille qui lui souffle ses vers sublimes. Des onomatopées cinglées à la cadence de rafales font surgir des croquis, des bouts de textes expédiés en fièvre ressuscitent des morceaux de bravoure du répertoire. Il se dépense comme un diable, en fait un peu trop parfois, mais accroche et séduit. Les enfants de la balle revivent avec lui leur propre histoire, transposée en épopée bretonnante et pourtant universelle, les spectateurs hors circuit se laissent emporter par son tsunami verbal pailleté d’images. Et s’en amusent.

Il fait beau… plusieurs fois par jour de et avec Eric Prat, mise en scène de Jean-Luc Porraz

Théâtre du Petit Saint Martin, du mardi au samedi à 19h

01 42 02 32 82
Mention : Photo Lot

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.