Accueil > Flagrant Déni d’après Maupassant

Critiques / Théâtre

Flagrant Déni d’après Maupassant

par Gilles Costaz

Portraits normands

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est un montage, un collage, un faufilage mais c’est de la haute couture. Passionné de Maupassant, Alain Payen a fait lui-même l’adaptation de diverses nouvelles qu’il joue en solitaire à la Huchette sus le titre de Flagrant Déni. Il y a sélectionné une galerie d’humanités, une sélection de portraits – surtout normands, car l’écrivain allait souvent promener par là-bas son regard foudroyant. A partir d’un certain nombre d’histoires du quotidien, il a façonné le récit d’un juge qui évoquerait dans le feu de la confidences les cas qu’il a connus ou jugés. Et cela défile : paysans aux propos ambigus, sacristain qui rend des services sexuels, femmes sans romantisme… Tout ce monde pris au fil des souvenirs est terrien et sans grandeur, jusqu’à ce que le tourniquet s’achève sur l’émotion d’un homme passé à côté de l’amour.
La mise en scène de Catherine Benhamou transforme la petitesse et la nudité du cadre de la Huchette en atouts. Il n’y a pour l’acteur qu’une entrée donnant sur l’allée qui borde la salle et les fauteuils des spectateurs, que la scène étroite et, sur cette scène étroite, une chaise. Voilà de quoi donner à voir tout un tribunal, côté magistrat et côté suspects. La suggestion est, ici, plus forte que le réalisme. En habit, Alain Payen prend le parti d’une aisance citadine pour livrer dans le détail la robustesse rude des personnages qu’il sort de l’ombre et met en jeu. Dans son interprétation, il y a de l’ironie, de l’affection, du mépris, du cynisme, de la tendresse. Et une habileté, un sens de l’évocation, secrètement amplifiés par la mise en scène qui font de ce monologue – un genre où, souvent, ni l’acteur ni le spectateur ne trouvent leur envol – un vrai moment de théâtre, où l’on fréquente dans leur profondeur nos semblables, nos frères, au cœur si rarement élégant !

Flagrant Déni d’après Guy de Maupassant, adaptation d’Alain Payen d’après les nouvelles Tribunaux rustiques, Lettre retrouvée sur un noyé, Le Cas de madame Luneau, Une vente, Le Trou, Regret. Mise en scène de Catherine Benhamou, lumière de Philippe Lagrue, avec Alain Payen.

Théâtre de la Huchette, 19 h le vendredi, 17 h 30 le samedi, tél. : 01 43 26 38 99.

Photo Fabienne Rappeneau.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.