Accueil > Cosmicomics

Critiques / Théâtre

Cosmicomics

par Jacky Viallon

Apparition, disparition

Partager l'article :

Le comédien qui joue le personnage de Qfwfq, porte déjà dans son nom (Yohann Mateo Albaladejo) une part de la fantaisie dont regorge ce spectacle théâtral élaboré à partir de trois petites nouvelles d’Italo Calvino, réunies sous le titre générique de Cosmicomics. Les sujets relèvent effectivement du thème cosmique avec une dimension métaphysique. Claude Bonin, le metteur en scène, a su trouver la bonne adéquation entre les variations aériennes du texte et l’agilité surprenante d’un comédien quasi transformiste, qui sait utiliser le vocabulaire du « gestus » de la magie. Sur le plan scénographique, le comédien évolue autour d’une sorte de table qui cousine avec un guéridon. L’acteur semble aimanté à cet objet comme s’il était métaphoriquement une sorte de planète en giration autour d’un astre lui-même centrifuge.

Il jaillit alors des mains et de la bouche de ce comédien des gerbes d’images qui font apprécier ou découvrir la somptueuse palette de ces contes philosophiques. Il est vrai que cette joyeuse surabondance nous fait perdre parfois quelques détails. Mais les spectateurs-escargots, que certains d’entre nous pourraient être, se trouveront ainsi mis en appétit pour aller se replonger dans cette curieuse et originale littérature livrée, toute imagination déployée, par Italo Calvino.

Cosmicomics d’Italo Calvino. Mise en scène : Claude Bonin. Scénographie : Michel Hellas. Lumières : Violaine Burgard, avec Yohann Mateo Albaladejo. Théâtre de la Huchette, 23 rue de la Huchette, 75 005 Paris. Réservations : 01 43 26 38 99. Les samedis à 21 h jusqu’à fin mars 2006.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.