Accueil > Corpus Tina M. - d’après les photographies de Tina Modotti

Critiques / Théâtre

Corpus Tina M. - d’après les photographies de Tina Modotti

par Jacky Viallon

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans le prolongement de Frida Kahlo, la compagnie Le Panta Théâtre présente Corpus Tina M. qui est aussi un travail sur une plasticienne, pratiquement contemporaine, de Frida Kahlo. C’est conçu avec une intelligence différente par la même réalisatrice, Véro Dahuron. On peut utiliser le terme de réalisatrice puisqu’elle met en dynamique, sur un espace qui n’est pas agencé en salle de spectacle, une sorte de performance, à mi-chemin entre une expo photos et une conférence autour de l’œuvre de la photographe Mexicaine Tina Modotti. Née en 1896, à Udine, en Italie, elle s’est s’installée à San Francisco puis Los Angeles. Elle a également travaillé pour le journal du parti communiste mexicain, El Machete. Expulsée du Mexique, elle émigre à Moscou puis séjourne quelque temps à Paris et à Madrid, au moment où éclate la guerre d’Espagne, avant de retourner au Mexique, sous le nom de Carmen Ruiz. C’est là qu’elle meurt, en 1942.

Sans artifice théâtral

La disposition de l’espace est donc quelque peu inattendue. On grimpe dans une vaste salle, située dans les combles de ce chaleureux théâtre qu’est le Lavoir Moderne Parisien. On y découvre, au sol, un chemin de photos que l’on suit à travers un dispositif de plaques photographiques, de rétroprojecteurs, de diaporamas et d’écrans improvisés. Après avoir accompli ce parcours insolite et contemplé une partie de l’œuvre photographique de Tina Modotti, on assiste en direct à la narration de la vie de Tina Modotti, confortablement assis dans des sièges disposés comme pour une exposition à Beaubourg. L’affaire est présentée sans artifice théâtral, bien dans l’esprit de ce photographe qui affirmait : "si mes photographies sont différentes, c’est justement parce que je m’efforce de produire non pas de l’art, mais des clichés honnêtes sans aucune forme de distorsions ou de truquage".

Dans l’univers de l’artiste

Deux comédiennes et deux régisseurs présentent et commentent, par le biais de la biographie, des œuvres photographiques de Tina Modotti. Comme c’est accompagné d’un appareillage abondant et sophistiqué, cela provoque des interventions spontanées qui donnent à cette rencontre un caractère intimiste. On entre véritablement dans l’univers de l’artiste. De fait, Véro Dahuron et Muriel Colvez ne jouent pas, mais vivent près de deux heures avec nous. On a souvent envie de les interrompre pour poser des questions. Et c’est tout juste si l’on déplore quelques longueurs. "La mauvaise photographie, dit Tina Modotti, c’est celle qui cherche l’expression gratuite ou l’effet gratuit. La bonne photographie, c’est celle qui tire parti de toutes les possibilités qu’offre ce moyen d’expression."

Corpus Tina M. Idée et conception, Véro Dahuron, avec Muriel Colvez et Véro Dahuron, régie Xavier Libois et Fabrice Fontal, direction d’acteur Guy Delamotte. Théâtre Le Lavoir Moderne Parisien. Jusqu’au 26 Février 2005. Tél :01 42 52 09 14. Pour les dates de la tournée, renseignements à la compagnie : Tél : 02 31 85 15 07.

Photo : Tristan Valès

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.