Accueil > "Cercles/Fictions" de Joel Pommerat ed. Actes Sud-Papiers,2010

Critiques / Livres, CD, DVD

"Cercles/Fictions" de Joel Pommerat ed. Actes Sud-Papiers,2010

par Jacky Viallon

« Cercles/Fictions » ou « Des mondes à part »

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Nul doute que Joël Pommerat est bien un homme de plateau, sa pratique de la scène lui permet d’être, avec les mots, au plus près de ses images.
Mots justes, efficaces à la phonétique parfois cruellement chantante qui nous accompagne dans ses diverses résonances, consonances ou « brillance ».
Tout ce jeu linguistique est présent pour nous servir avec efficacité des textes courts qui s’enchaînent rapidement les uns à la suite des autres, sans charnières ni trompettes…Rien n’est annoncé, aucune suite, les scènes vous tombent sur la tête comme dans la vie et semblent exploser pour rejaillir dans notre « Eparges » et disparaître en toute fin de texte en une gerbe d’images qui roule encore sur la page suivante de notre mémoire.
Quel en est donc ce contenu ? On y démontre des mondes à part qui tentent avec une extrême politesse de mesurer, par la mise en place d’une sorte de dialectique, les écarts qui les séparent : un aristocrate/un employé de maison, un général/un soldat, parfois un homme du commun/une femme du commun.

Bien sûr tout cela parle de décadence, dans le temps, des sauts qui passent d’un siècle à l’autre pour partir, eux aussi en gerbe dans le silence de la page ou retrouver d’autres valeurs remisent en cause qui fondent au soleil. C’est souvent abyssal et crépusculaire dans un deuxième temps, le premier ne livrant que l’aspect ludique de la scène que l’on imagine.
C’est en quelque sorte un texte en ricochet. Et notre caillou, après voir joué au culbuto part se faire oublier dans les profondeurs de l’eau…Il restera alors en surface que quelques cercles qui se perdront peut-être à jamais dans les circonvolutions (Au sens de Bossuet) de notre mémoire pour y réapparaître beaucoup plus tard.

Aussi Joël Pommerat nous présente à travers son kaléidoscope un monde fissuré, déstructuré, versatile et fragile, mais, il nous appartient donc de tourner notre lorgnette afin d’y voir passer, déjà enfoui dans notre imaginaire, les meilleures images du monde et par là même, celles encore subtilement masquées de J.Pommerat.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.