Accueil > Bonheur ? d’Emmanuel Darley et Andres Lima

Critiques / Théâtre

Bonheur ? d’Emmanuel Darley et Andres Lima

par Marie-Laure Atinault

Le désir du Bonheur

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La définition du bonheur est une vaste question philosophique, poétique et selon un mot bien à la mode sociétale. Affaire de goût, conception personnelle, et qui varie selon les latitudes. Pour l’un le bonheur est de déguster un bon chocolat pour l’autre de pêcher une belle grosse carpe. Autant de réponses que d’individus. Bonheur pour l’un, ennui pour l’autre cela pourrait être le sous titre de ce spectacle qui ne laisse personne indifférent, suscitant même des réactions radicales.

Muriel Mayette, administrateur de la Comédie Française, a eu le désir de réunir un metteur en scène, un auteur autour d’une idée de départ, et des comédiens pour proposer différentes formes de Bonheur.
Andrés Lima a réuni les comédiens leur demandant de faire des improvisations sur ce bon vieux bonheur. Ils ont ouvert le dictionnaire de leur vie pour mettre un peu d’eux-mêmes. Bien-être, félicité, béatitude, enchantement, plaisir, euphorie, joie, oui c’est le premier B.A.BA du bonheur qu’ils ont épelé pour faire éclore ce spectacle collectif. Emmanuel Darley a écouté, retranscrit, mettant les propositions en mots, écrivant au jour le jour une pièce qui s’inscrit dans notre quotidien.

Viva la muerte

Andrés Lima est espagnol, et la mort a une place particulière dans la culture hispanique. Sa volonté de choisir l’accompagnement d’un être cher dans ses derniers moments est déconcertante, mais ce choix qui n’a rien de mortifère ouvre cette proposition de spectacle en le débarrassant de toute mièvrerie. Catherine Hiegel, dont le talent est en constant renouvellement nous épate encore une fois par son invention revigorante entre autre dans le rôle du père. Sa diction impeccable, son nez mutin de frondeuse impénitente et la jubilation qu’elle imprime à ses rôles donne du bonheur aux spectateurs.
Le spectacle procède du jeu de rôle, les comédiens s’échangeant leur bonheur sur scène, s’appropriant les souvenirs, les rêves des autres, mais n’est-ce pas cela être comédien, faire le bonheur des autres ?

Depuis qu’il est entré à la Comédie Française, le grand public n’a pas eu le loisir de mesurer l’immense talent de Shahrokh Moshkin Ghalam. Ce comédien, beau comme un prince des Mille et une nuit, possède des trésors de talent ; plein de fantaisie, danseur accompli, sa personnalité apporte un vent épicé et poétique à la noble Comédie Française. Il faut le voir faire la carpe ou se jeter dans le vide tel un ange portant la bonne nouvelle que l’on a débusqué le Bonheur. Avec ce spectacle Gilles David fait son entrée au Français. Espérons que ce comédien aguerri aux scènes de tout poil sera heureux dans cette grande maison et que le titre du spectacle s’écrira pour lui sans point d’interrogation.
La démarche est vraiment passionnante, le début est un peu laborieux mais si on joue le jeu, le plaisir est au rendez-vous ; Alors laissez-vous tenter par Le Bonheur ? Made in Vieux Colombier.

BONHEUR ? Texte d’Emmanuel Darley et Andres Lima - Mise en scènes d’Andrés Lima. Avec Catherine Hiegel, Alexandre Pavloff, Céline Samie, Shahrokh Moshkin Ghalam.
Théâtre du Vieux Colombier, jusqu’au 27 avril. Réservation : 01 44 39 87 00

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.