Accueil > A propos de commerce équitable

Billets d’humeur / Jacky Viallon

A propos de commerce équitable

par Jacky Viallon

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Vous n’êtes pas sans savoir que cette année est l’année de « l’équitable ». Il y aura donc, de l’équitable partout et de manière durable : À propos de l’eau, des papiers d’emballages et du café surtout, c’est lui qui a commencé à la récrée dans la cour des grands.

Heureusement qu’on a inventé le terme avant l’arrivée de la famine endémique qui menace les pays en voie de disparition. Ainsi est-on paré linguistiquement pour se protéger du virus culpabilisateur et du rhume de « je-ne-regarde-pas-plus loin-que-le-bout-de-mon-nez ».
Mais pour rester dans la thématique de cette chronique n’oublions pas « le théâtre équitable ». Nous nous empressons donc, nous, les intellectuels du copier/coller, d’aller chercher dans les fichiers, dossiers, corbeilles et cookies à la crème, des éléments justifiant cet élan de faible pensée et nous replaçant ainsi dans l’actualité conceptuelle, c’est-à-dire bien au chaud dans le lit de la pensée unique. A savoir, par exemple, qu’il suffit d’ouvrir n’importe quel moteur, mobylette ou chevillette de recherche pour tomber sur un texte, aphorisme ou reste de table d’une récente conférence inaudible, pour immédiatement comprendre que désormais il va falloir co-paginer avec le concept, c’est-à-dire « intertextualiser », comme disent les No-No ( Nouvelle ethnie qui se développe dans les quartiers dit en rénovation). Peuplade échappée avec fierté du « bobo isme » et qui garde ses racines gauchistes et parfois caudines (départ à gauche et première à droite) l’emplacement du vieux quartier populaire, mais qui après nettoyage, peut être agrémenté de plus-value si possible à l’abri de toute fiscalisation envahissante qui autoriserait à dire avec des grands airs « Tant pis je pars pour l’Angleterre ! »
Il est vrai qu’avant le concept de pensée unique il y avait Dieu avec sa grande majuscule et son nuage sous le bras prêt à nous dicter à partir de tablettes « indébiles » les saintes recommandations pour rester dans le chemin de Paix de la Croix. Qu’il avait même inventé Claude François et ses sauts en genoux flexions. De nos jours, semble-t-il, « Equitable » n’a pas encore sa grande jambe pour la prendre à son cou et nous restons encore quelque peu pantois, comme un enfant qui n’a pas encore choisi le modèle à monter de son jeu de mécano ( Terme quelque peu archaïque mais sécurisant… ).
Notons tout de suite au passage avant de tirer la chasse d’eau de la mauvaise conscience que « l’Equitable » est souvent accompagné de son compère « Le Durable » qui est en quelque sorte le tampon de la trompette bouchée.

D’ailleurs ne vous attardez pas car on vient d’entendre sonner tout à l’intérieur de notre oreille les trompettes de la cour d’honneur du Palais des Papes en Avignon.

Et Dieu de dire, à voix basse, entre deux sons de cloche « Cours-y vite ou je t’attrape et je te colle quatre heures et demie de théâtre debout et sans entracte ! »

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.