Accueil > Petits crimes conjugaux d’Eric-Emmanuel Schmitt

Critiques / Festival / Théâtre

Petits crimes conjugaux d’Eric-Emmanuel Schmitt

par Jacky Viallon

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Eric- Emmanuel Schmitt est à ce jour une des meilleures plumes en état de nous croquer une chronique du type comédie conjugale. La troupe des Broche s’en empare et porte bien le texte. On peut encore parler, à leur honorable égard, de la notion de troupe, chez eux. Les seuls sans doute, représentant l’espèce en voie de disparition, à s’inquiéter du sort de tout collaborateur. Les seuls aussi à vouloir porter à bout de bras un lieu en Avignon et un autre dans leur région d’Eure et Loire.
Sorte de Jean Dasté, métissée Jean Vilar, cette famille aventurière fédère autour d’elle bon nombre de comédiens et de spectateurs.
Alors on lance en « belle pâture » Marie Broche et Manuel Olinger au milieu du champ d’abondance du festival d’Avignon. Pour filer la métaphore on pourrait dire que ces deux comédiens émergent tels deux belles pâquerettes et qu’ils nous apportent toute leur fraicheur pour servir l’écrit d’Eric-Emmanuel Schmitt pour lequel ils déploient toute leur dextérité afin de nous rendre parfaitement lisible une action dramatique pourtant habilement embrouillée.
Le spectateur est alors dirigé vers de fausses pistes, mais, in extremis, nos deux antagonistes nous prennent par la main pour nous entraîner vers d’autres revers empruntés à différentes combinaisons dramatiques.
Il faut faire preuve de beaucoup de finesse et de sensibilité de la part de Marie Broche pour incarner ce personnage dont l’ambigüité semblerait presque maladive. Elle maitrise parfaitement les nuances. Haute voltige pour ces deux jeunes comédiens. Manuel Olinger sait aussi jouer tout modestement de son physique, il sait d’avance qu’il peut compter sur sa capacité à offrir différents registres. En fait la pièce nous entraine sur le terrain du doute et la direction de MF et de JC Broche s’est attardée de manière efficace pour déjouer ces embuscades et trompe-l’œil dramaturgiques tapis dans l’ombre du texte. Cette direction rend le propos assez explicite tout en laissant planer encore suffisamment de mystère pour retenir le plaisir du spectateur. Sans compter que dans tout ça il y a largement place à l’humour… même si le tonnerre gronde en second plan. Merci !

Espace Roseau Petits crimes conjugaux d’Eric-Emmanuel Schmitt.
Tous les jours à 20 h 30 du 7 au 28 Juillet Festival off Avignon
Mise en scène : MF et JC Broche avec Marie Broche et Manuel Olinger

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.