Accueil > Le Bourgeois gentilhomme de Molière

Critiques / Théâtre

Le Bourgeois gentilhomme de Molière

par Corinne Denailles

Un spectacle de qualité

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Bourgeois a la cote cette saison. Après les mises en scène de Marcel Maréchal et de Catherine Hiégel, voilà la version de Denis Podalydès aux Bouffes du Nord. Ici, on est du côté du théâtre de tréteaux qui fait la part belle aux acteur et où le décor est d’abord espace de jeu pour une troupe nombreuse qui compte des musiciens et des danseurs, d’ailleurs un peu à l’étroit sur cette scène. On doit la scénographie au talentueux Eric Ruf qui nous a régalés récemment d’un Peer Gynt magnifique (Grand prix du syndicat de la critique). Une sorte de castelet avec un étage en fond de scène, offrant toutes les possibilités de déplacements, figure une boutique de drapier avec les rouleaux de tissus superposés et la table à couper. Mais c’est aussi un joyeux bazar où, à l’étage, s’entassent toutes sortes de choses.

On connaît les mésaventures de ce pauvre bourgeois qui, à vouloir se hausser du col et se la jouer "personne de qualité", se fait berner par les plus opportunistes et moquer par ses proches. Outre quelques réserves ( la première scène des maîtres d’arts est trop caricaturale, empesée et poudrée, et la scène du grand mamamouchi un peu laborieuse, pas assez folle), le metteur en scène nous offre un Bourgeois d’une belle vivacité. Il faut dire que ce sont là deux passages hérissés de difficultés dont il n’ait pas aisé de s’acquitter. Mais pour le reste, un vrai régal, excepté le choix chorégraphique aussi étrange que les costumes des danseuses. Les solistes de l’ensemble baroque de Limoges et les quatre chanteurs quand à eux font merveille. Les comédiens, par mille petits détails de comportement,recrée en permanence leur personnage dans le mouvement perpétuel de la comédie italienne qui est invention et joie du jeu. La scène en miroir entre les maîtres et les valets, formidablement enlevée, donne la parole aux corps qui dansent les mots, les mettent en rythme et en musique.

Leslie Menu interprète avec grâce Lucile, la fille de monsieur Jourdain ; Thibault Vinçon est son fiancé Cléonte, personnage décalé, romantique avant la lettre. Alexandre Steiger est le sémillant valet Covielle et Manon Combes est la servante Nicole, joyeuse fille moqueuse au rire tonitruant qui a vite fait de débusquer le ridicule de son maître et de s’en amuser. Du même côté du bon sens, Isabelle Candelier affirme avec talent le tempérament vigoureux de madame Jourdain, femme bonne qui assume sa position de bourgeoise et se désespère de la bêtise de son époux interprété par Pascal Rénéric dont le visage un peu poupin s’accorde bien avec la naïveté du personnage qui s’amuse de tout mais ne plaisante pas quand il s’agit de sa condition sociale. Rénéric joue des deux facettes, prenant le public à témoin pour lui faire partager son humeur. Mais derrière la farce point la mélancolie du personnage déçu par la réalité. Le spectacle ne cherche pas l’originalité à tout prix mais s’emploie à tracer des lignes de force, empruntant à la musique ses mouvements et son rythme pour révéler les richesses de la langue de Molière.

Le Bourgeois gentilhomme, comédie-ballet de Molière, musique de Lully, mise en scène par Denis Podalydès. Direction musicale Christophe Coin. Scénographie Éric Ruf. Costumes Christian Lacroix. Chorégraphie Kaori Ito. Lumières Stéphanie Daniel

Avec Isabelle Candelier, Julien Campani ,Manon Combes, Bénédicte Guilbert, Manuel Le Lièvre, Francis Leplay, Hermann Marchand, Leslie Menu, Nicolas Orlando Pascal Rénéric, Alexandre Steiger, Thibault Vinçon.

Kaori Ito et Artemis Stavridi Danseuses
Romain Champion, Cécile Granger, Marc Labonnette et Francisco Mañalich Chanteurs

avec les solistes de l’Ensemble Baroque de Limoges
Maria Tecla Andreotti flûte - Lola Soulier hautbois
Louis Creach et Nicolas Mazzoleni violons - Christophe Coin violoncelle. Francois Guerrier, Yvan Garcia et Olivier Fortin clavecin (en alternance)

Au théâtre des Bouffes du nord jusqu’au 21 juillet du mardi au samedi à 21h, samedi 15h30. Réservation : 01 46 07 34 50. Durée : 3h15 avec entracte.

Photo Pascal Victor/ArtcomArt

Tournée :
26 au 29 septembre Les Théâtres de la Ville de Luxembourg Réservation : 05 24 70 89 51
13 octobre Le Carré, Sainte-Maxime
Réservations : 04 94 56 77 77
16 et 17 octobre Théâtre Olympia, Arcachon
Réservations : 05 57 52 97 75
20 et 21 octobre Le Prisme, Elancourt
Réservation : 01 30 51 46 06
23 au 25 octobre Maison de la Culture, Amiens
Informations : 03 22 97 79 79
9 au 16 novembre Théâtre de la Place, Liège (Belgique) Réservation : 00324 342 00 00
19 au 21 novembre Opéra Royal de Versailles
Réservation : 01 30 83 78 98
24 et 25 octobre Opéra de Vichy
Réservation : 04 70 30 50 30
1er et 2 décembre Opéra de Massy
Réservation : 01 60 13 13 13
6 au 8 décembre CNCDC de Châteauvallon, Ollioules
Réservation : 04 94 22 02 02
11 au 15 décembre Théâtre de Caen
Réservation : 02 31 30 48 00
19 et 20 décembre Opéra de Limoges
Réservation : 05 55 45 95 95
5 au 11 janvier 2013 La Criée, Marseille
Réservation : 04 91 54 70 54
15 au 18 janvier 2013 Théâtre Royal de Namur (Belgique) Réservation : 081 226 026

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.